Des espions iraniens derrière un faux site d'info

  • A
  • A
Des espions iraniens derrière un faux site d'info
Des espions iraniens avaient monté un faux site d'information pour piéger leurs cibles.@ CAPTURE D'ECRAN TWITTER
Partagez sur :

SUPERCHERIE - Leur but ? Contacter des cibles et pirater leurs comptes sur les réseaux sociaux.

Le scénario est digne d'un film d'espionnage. D'après un rapport dévoilé jeudi, des cyber-espions iraniens ont utilisé un faux site d'information utilisé pour contacter des cibles militaires aux Etats-Unis et en Israël, et pirater leurs comptes sur les réseaux sociaux. 

Des mots de passe en persan. C'est la société de cyber-sécurité iSight Partners qui a révélé l'information dans un rapport. Pendant trois ans, quelque 2.000 personnes ont été piégées par ce groupe qui se cachait derrière le faux site NewsOnAir.org. Si l'opération semble avoir été "orchestrée par des Iraniens", les informations manquent toutefois pour remonter jusqu'au principal instigateur. Le rapport note cependant que le site était enregistré en Iran et que les mots de passe étaient en persan.

Des identités de journalistes usurpées. Sur NewsOnAir.org, l'internaute pouvait trouver des articles, repris de véritables organes de presse comme la BBC, Associated Press ou Reuters. Les identités de vrais journalistes étaient aussi usurpées. Les espions s'en servaient pour entrer en contact avec leurs cibles, des personnalités liées au secteur de la défense. Pensant avoir à faire à de vrais journalistes, certains ne se méfiaient pas et acceptaient des demandes envoyées via les réseaux sociaux, indique le site The Verge. Les pirates n'avaient ensuite plus qu'à pirater les comptes personnels Twitter ou Facebook de ces cibles. 

Militaires, diplomates, journalistes et parlementaires. Les cibles des hackers étaient principalement des militaires, parlementaires, journalistes et diplomates américains et israéliens. La Grande-Bretagne, l'Arabie saoudite et l'Irak ont aussi été visés.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)
 

EN IMAGES - Les Iraniennes osent lever le voileLIBERTÉS - Le président iranien refuse de censurer WhatsappLA QUESTION - Facebook bientôt autorisé en Iran ?