Des enfants otages, une situation rarissime

  • A
  • A
Des enfants otages, une situation rarissime
@ CAPTURE WAZA NATIONAL PARK
Partagez sur :

La présence d’enfants parmi les otages au Cameroun pose de nombreuses questions.

ACTU - Quatre enfants français ont été enlevés au Cameroun, avec leurs parents et leur oncle, mardi matin. Ils ont entre quatre et douze ans. Il est rare que des enfants soient pris en otages. Un seul précédent existe : celui de Anna et Lydia, deux petites allemandes enlevées en 2009 au Yémen, mais aujourd'hui libres. Une expérience aussi difficile pour les enfants que les pour les adultes.

"On peut être traumatisé à tout âge"

"Les enfants quel que soit leur âge risquent d’être blessés psychiquement et de développer des troubles post-traumatiques", prévient Thierry Baubet, pédopsychiatre et professeur de pédopsychiatrie à l’hôpital Avicenne à Bobigny. "Des troubles qui méritent ensuite d’être soignés et réparés", ajoute-t-il jeudi matin sur Europe 1.



"Les professionnels et les adultes ont tendance à se dire que lorsque l’enfant est très jeune, il n’a pas compris et va oublier, or on constate tout le contraire, on peut être traumatisé à tout âge et avoir besoin de soins à tout âge", a souligné le pédopsychiatre.

La séparation, un facteur aggravant

Selon les dernières informations sur la famille enlevée au Cameroun, les quatre enfants auraient été séparés de leurs parents par les ravisseurs. "Si c’est le cas, ce serait bien sûr un facteur aggravant car c’est auprès de ses parents qu’un enfant, en situation extrême, va trouver du réconfort", estime Thierry Baubet.

C’est ce qu’ont vécu, en 2009, Lydia et Anna. Ces deux petites filles allemandes avaient été enlevées en 2009, à Saada, au Yémen - avec leurs parents et leur petit frère âgé de quelques mois - alors qu’elles n’avaient que 3 et 5 ans. Dès le lendemain, elles avaient été séparées de leurs parents. Onze mois plus tard, elles avaient retrouvé la liberté et étaient rentrées en Allemagne.

 "Quand on les a récupérées, elles ne parlaient plus l’allemand mais l’arabe", se souvient l’oncle maternel des fillettes, au micro d’Europe 1. Si Anna et sa sœur ont repris une vie normale, elles sont beaucoup plus entourées que les autres enfants.



"Elles ont été séparées de leurs parents et de leur frère au bout d’un ou deux jours. Ensuite, elles ne les ont plus jamais revues", poursuit l’oncle des petites filles. "Aujourd’hui elles sont heureuses de ne pas avoir de traumatisme. Elles ne se cachent pas, ne hurlent pas pendant la nuit, mais bien sûr cette histoire va les accompagner tout au long de leur vie", ajoute-t-il.

Les souvenirs remontent parfois. Le jour de leur anniversaire, par exemple. Alors les proches des fillettes sortent les albums photos et leurs montrent leurs parents et leur frère, pour qu’elles ne les oublient pas.