Des députés anglais dans des HLM

  • A
  • A
Des députés anglais dans des HLM
@ Channel 4
Partagez sur :

Dans ce programme de télé-réalité, quatre élus passent 8 jours dans des familles défavorisées.

"My MP is poor". C’est un peu comme un « vis-ma-vie », mais à la sauce anglaise. Après la polémique sur les dépenses astronomiques de certains parlementaires, les Britanniques ont décidé de se venger à travers un nouveau programme de télé-réalité. Le premier épisode, sur quatre au total, de "Tower Block of Commons" a été diffusé le 1er février en Grande-Bretagne sur Channel 4.

Le concept :

Quatre politiciens troquent leur confortable logement pour aller s’installer dans une HLM pendant 8 jours. Dispatchés dans les quartiers les plus pauvres du pays, les quatre politiciens doivent faire face aux problèmes du quotidien et surtout aux remarques des habitants.

Les protagonistes :

Les quatre parlementaires sont Mark Oaten, un libéral démocrate, Austin Mitchell, travailliste – qui a insisté pour que sa femme participe à l’émission à ses côtés - Tim Loughton and Iain Duncan Smith, tous deux conservateurs. Dès le premier jour du tournage, Iain Duncan Smith a dû déclarer forfait pour des raisons personnelles et a été remplacé par la parlementaire, Nadine Dorries.

L’enjeu :

Chaque participant a un budget de 75 euros pour huit jours, soit le montant moyen des allocations chômage. Un vrai challenge pour les députés qui touchent en moyenne un salaire annuel de 65 000 livres (74 000 euros). Mais l’enjeu est, selon Channel 4, de permettre aux élus de mieux comprendre le quotidien des plus défavorisés.

Premier bilan :

C’est le choc des cultures. Les parlementaires découvrent un quotidien qu’ils étaient loin de s’imaginer. "Il va y avoir beaucoup de surprises", déclarait, face caméra, l’un des participants, dans la bande-annonce de l’émission diffusée sur Internet (pour voir la vidéo, cliquez-ici). Et il n’avait pas tort. Les échanges avec les habitants sont musclés. Lors d’une rencontre avec les riverains, l’un d’eux n’hésite pas à qualifier les parlementaires de "connards", tandis qu’une riveraine demande à Duncan Smith à quel âge il a perdu sa virginité. Bref, une rencontre entre deux mondes pas toujours très constructive.

REAGISSEZ - La télé-réalité et la politique font-elles bon ménage ? Votre avis, ici.