L'Iran ciblé pour la première fois par des attentats du groupe État islamique

  • A
  • A
L'Iran ciblé pour la première fois par des attentats du groupe État islamique
Partagez sur :

Des hommes armés et des kamikazes de Daech ont attaqué mercredi le Parlement et le mausolée de l'imam Khomeiny à Téhéran, tuant treize personnes.

L'ESSENTIEL

Au moins treize personnes ont été tuées mercredi dans les attaques du groupe État islamique (EI) contre le Parlement iranien et le mausolée de l'imam Khomeiny à Téhéran, la capitale de l'Iran. 46 personnes ont également été blessées dans ces attaques. Les forces de sécurité ont repris le contrôle du mausolée et du Parlement à la mi-journée, attaqués par six assaillants qui ont tous été tués. Il s'agit des premières attaques du groupe terroriste dans le pays chiite.

LES INFOS À RETENIR

  • Deux attaques quasi-simultanées ont eu lieu mercredi à Téhéran

  • Le groupe État islamique a revendiqué le double attentat

  • Au moins treize personnes ont été tuées et une quarantaine blessées

Ce que l'on sait sur l'attaque du mausolée

Un jardinier du mausolée tué. Un premier groupe de deux assaillants a attaqué le mausolée de l'imam Khomeiny dans la matinée mercredi. "La première (personne) s'est fait exploser dans les jardins du mausolée et la seconde a été tuée par les forces de l'ordre", a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué. Un responsable du mausolée a affirmé que le jardinier a été tué.

Une femme kamikaze. Selon les agences de presse, c'est une femme qui s'est faite exploser à l'extérieur du bâtiment, au sud de Téhéran. Des photos de l'explosion ont été publiées par les agences de presse, notamment sur leurs réseaux sociaux. À la mi-journée, la situation était maîtrisée sur place. 

Ce que l'on sait sur l'attaque du parlement 

Quatre assaillants déguisés. Quatre assaillants ont mené une attaque quasi simultanée contre le Parlement iranien en milieu de matinée, à une vingtaine de km du mausolée. Deux se sont fait exploser et deux autres ont tués par les forces de sécurité. Les assaillants du Parlement étaient "âgés de 20 à 25 ans", a déclaré le chef adjoint des services de renseignement des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite d'Iran. Les hommes armés ont fait irruption au siège du Parlement où ils ont ouvert le feu. Ils étaient déguisés en femmes, selon le vice-ministre de l'Intérieur.

Assaut contre les terroristes retranchés. L'un des assaillants est à un moment sorti dans l'avenue qui passe près de la Chambre des députés et a tiré sur les passants. Les forces de sécurité ont tiré sur lui, le forçant à retourner dans l'enceinte du Parlement. Selon certains médias iraniens, les forces de l'ordre ont finalement donné l'assaut contre les "terroristes" retranchés dans les étages supérieurs d'un bâtiment du Parlement où les députés avaient néanmoins continué leur session. La télévision d'État a précisé que l'attaque était terminée à la mi-journée, ajoutant que les quatre assaillants étaient morts.

001_PB9DC_preview

13 morts, 46 blessés. Menées presque simultanément, les deux attaques lancées le matin ont duré plusieurs heures et "les forces de l'ordre contrôlent (désormais) la situation", a assuré le ministère de l'Intérieur dans ce communiqué, en affirmant que les six assaillants étaient morts. Ces attaques ont fait 13 morts selon un dernier bilan de l'agence Isna, et au moins 46 blessés. Selon le ministère des Renseignements, un autre groupe de "terroristes" a été neutralisé à Téhéran avant de pouvoir passer à l'action.

L'EI revendique ses premières attaques dans le pays

Le groupe État islamique a revendiqué les attaques commises à Téhéran par le biais de son organe de propagande, l'agence Amaq. "Des combattants de l'EI ont attaqué le mausolée de Khomeiny et le siège du Parlement à Téhéran", a indiqué Amaq, en parlant de deux attentats suicide. C'est la première fois que l'EI revendique des attentats en Iran. L'Iran chiite est engagé militairement en Syrie aux côtés du pouvoir contre les groupes rebelles et djihadistes, principalement l'EI. Téhéran aide également militairement l'Irak dans sa lutte contre ce groupe djihadiste responsable de nombreux attentats à travers le monde.

Les dernières attaques à Téhéran remontent au début des années 2000 pour la plupart commises par l'organisation d'opposition armée iranienne des Moudjahidine du peuple. Les forces de sécurité iraniennes ont affirmé ces deux dernières années avoir démantelé des cellules de l'EI en Iran et déjoué des tentatives d'attentat de sa part. L'EI avait menacé l'Iran dans une vidéo en persan publiée en mars. Il y affirmait qu'il allait "conquérir l'Iran et le rendre à la nation musulmane sunnite" et provoquer un bain de sang chez les chiites.