Des chaises vides en mémoire de Sarajevo

  • A
  • A
Des chaises vides en mémoire de Sarajevo
@ Reuters
Partagez sur :

11.541 chaises vides ont été alignées dans la capitale bosniaque, vingt ans après la guerre.

C'était le 6 avril 1992. La guerre éclatait entre les communautés serbe, musulmane et croate de Bosnie, faisant au moins 100.000 morts et plus de 2,2 millions de réfugiés et de déplacés. Pour commémorer les 20 ans du siège de Sarajevo, 11.541 chaises vides, représentants les 11.541 victimes de la capitale, ont été alignées vendredi le long du principal boulevard de la ville, pour un concert-hommage.

Les chaises rouges sont disposées sur 825 rangées, sur quelque 800 mètres de long.  Sur certaines rangées, les chaises sont de taille plus petite, symbolisant les enfants tués. Y ont été posés un nounours, des babioles, des cahiers d'écolier ou des fleurs.

06.04Sarajevo-Reuters930620_1

"J'imagine assis sur ces chaises, tous ceux qui ont été tués, et mon cœur se brise en pensant à leurs familles et à l'horreur de ce siège", murmure une retraitée, Hazima Hadzovic.

Les noms des victimes déroulés sur des écrans

Tout le long du boulevard, sur plusieurs écrans géants se déroulent les noms des victimes par ordre alphabétique. Sur les vitrines des boutiques ont été apposées des affiches des événements culturels qui ont eu lieu pendant le siège de Sarajevo.

"Un concert en mémoire des victimes" :

Cette commémoration se déroule dans un pays toujours profondément divisé. Le pouvoir s'y partage entre Musulmans, Serbes et Croates selon de stricts critères ethniques et le gouvernement central peine à exercer une quelconque autorité.

Dans leur République autonome, les Serbes de Bosnie ont ignoré l'hommage rendu aux manifestants pacifiques morts le 6 avril 1992 sous les balles serbes. Cette date correspond au jour de la reconnaissance par la Communauté européenne de l'indépendance de la Bosnie-Herzégovine mais surtout du début du siège de la ville. Un siège qui durera trois ans.

Près de 100.000 personnes ont trouvé la mort, près de la moitié de la population du pays, soit 4,4 millions de personnes, a été déplacée.