Des bikinis pour fillettes décriés

  • A
  • A
Des bikinis pour fillettes décriés
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les magasins britanniques Primark ont retiré de leurs rayons des maillots de bain rembourrés.

La chaîne britannique de magasins de vêtements Primark a retiré mercredi de ses rayons un maillot de bain pour fillettes qui avait suscité l’indignation d'associations et de responsables politiques. Son tort ? Le haut était rembourré à l'instar des modèles pour femmes complexées.

"Primark a pris note des inquiétudes ce matin concernant la vente de certains hauts de bikinis pour filles, une gamme vendue en relativement petites quantités", a déclaré un porte-parole des magasins de vêtements à bas prix, qui a également présenté des excuses.

"La société a interrompu la vente de cette gamme de produits avec effet immédiat", a-t-il ajouté, précisant que "tous les revenus" générés par les ventes déjà réalisées seront versés à une association caritative de protection de l'enfance.

Une commercialisation honteuse

Shy Keenan, co-fondatrice de l'organisation The Phoenix Chief Advocates qui vient en aide aux victimes de pédophiles, avait lancé un peu plus tôt un appel au boycottage de Primark jusqu'au retrait de la vente du vêtement incriminé. "En tant que défenseurs de victimes, nous savons pourquoi on ne devrait jamais sexualiser les enfants ou participer à la banalisation de la sexualisation des enfants", avait-elle expliqué. "Ils apprennent à paraître sexy comme les adultes mais personne ne leur apprend ce qu'il faut faire s'ils subissent une forte sollicitation de la part d'un adulte", avait-elle ajouté. Elle a salué l’annonce du retrait.

La décision de Primark a également été saluée par plusieurs organisations de protection de l'enfance ainsi que par le chef du principal parti d'opposition, le conservateur David Cameron. "Les parents veulent protéger leurs enfants de la commercialisation et de la sexualisation qui peuvent s'immiscer dans notre société. Les entreprises doivent songer à leurs responsabilités", a-t-il déclaré, se disant "ravi" du retrait du bikini controversé. Il avait qualifié dans la matinée la commercialisation du maillot de bain de "honteuse".