Des ballons offerts par un inconnu à DSK

  • A
  • A
Des ballons offerts par un inconnu à DSK
@ BFM
Partagez sur :

Revivez avec Europe1.fr les derniers développements de l'affaire Strauss-Kahn.

La justice américaine a décidé vendredi de libérer Dominique Strauss-Kahn sur parole, sans pour autant abandonner les poursuites pour crimes sexuels retenus contre lui. Sa caution a été levée, mais son passeport est conservé. La prochaine audience est prévue le 18 juillet.

22h : Une livraison de ballons chez DSK. Un livreur a apporté chez DSK une grappe de ballons multicolores et une Statue de la Liberté gonflable, raconte le correspondant d'Europe 1 sur place. Le tout était accompagné d'un petit mot : "Enjoy your freedom" (Profitez de votre liberté).

21h10 : Nafissatou Diallo liée à un réseau terroriste? Si la une du Daily News, intitulée "Le Perv", avait fait le tour du monde lors de l'arrestation de l'ex-patron du FMI, cette fois, c'est le New York Post qui se démarque avec sa Une, montre le Huffington Post. "Strauss-Kahn Shocker!", titre le quotidien, qui ironise au sujet de la femme de chambre, qui serait liée, selon des informations du journal, à un réseau de terrorisme international. De quoi justifier la présence d'une photo de l'attentat du 11-Septembre sur la Une.

20h53 : Harlem Désir contre le changement de calendrier de la primaire. Contrairement à François Hollande, Harlem Désir, le premier secrétaire par intérim du Parti socialiste, a estimé vendredi qu'il n'y avait "aucune raison de revenir sur le calendrier" de la primaire du PS, malgré la remise en liberté de Dominique Strauss-Kahn. "Il faut que nous continuions (...) à faire en sorte que celles et ceux qui souhaitent être candidats dans ces élections primaires puissent se présenter devant les Français. La période de dépôt des candidatures est ouverte, mais je crois qu'il n'y a pas de raison de revenir sur ce calendrier", a ainsi déclaré Harlem Désir lors d'un déplacement en Bretagne.

20h40 : Des Guinéennes se disent "déçues". La présidente du Réseau des femmes africaines ministres et parlementaires de Guinée (REFAM/G), Makalé Traoré, a fait part de sa déception, suite à la décision de la justice américaine, rapporte l'AFP.

20h28 : DSK ne s'exprimera qu'une fois en France. Dominique Strauss-Kahn ne s'exprimera que lorsqu'il reviendra en France, et qu'il aura été blanchi, a déclaré son avocat français, Me Jean Veil. "Il a dit qu'il s'exprimerait lorsqu'il serait en France et lavé de tout soupçon", a développé l'avocat. 'Me Jean Veil avait auparavant dit son espoir que les charges contre son client seraient abandonnées avant la nouvelle audience prévue à New York le 18 juillet.

19h38 : "La vérité progresse", se félicite Aubry. Martine Aubry se félicite que la "vérité progresse" en faveur de Dominique Strauss-Kahn, tout en souhaitant qu'elle "avance encore plus vite"."Après les annonces de cette nuit par la presse américaine, je crois que ce soir la vérité progresse, avance aux Etats-Unis (...) mais je voudrais qu'elle avance encore plus vite", confie Martine Aubry depuis Lille, qui a refusé de répondre aux questions sur les conséquences de ce rebondissement pour la primaire socialiste.

19h33 : Les modalités de de la primaire "n'ont aucune raison de changer", selon Montebourg. Les modalités et le calendrier de la primaire "n'ont, en l'état, aucune raison de changer", considère le député de Saône-et-Loire dans un communiqué à l'AFP. "La libération sur parole de Dominique Strauss-Kahn est une nouvelle importante pour lui, sa femme, Anne Sinclair, et sa famille. Il va désormais pouvoir recouvrer sa liberté d'aller et venir aux Etats-Unis et assurer sa défense. Il revient à la justice américaine d'établir la vérité dans cette affaire", ajoute Arnaud Montebourg.

19h20 : "Que DSK puisse laver son honneur". Le socialiste Bertrand Delanoë souhaite, dans une déclaration à l'AFP que la "vérité soit rapidement établie afin que Dominique Strauss-Kahn puisse définitivement laver son honneur".."Mes pensées vont ce soir vers Dominique Strauss-Kahn, son épouse Anne et leur famille. Je leur exprime toute ma solidarité et mon amitié", fait-il valoir."Leur épreuve paraît d'autant plus terrible à la lumière des événements récents, qui soulignent plus que jamais l'importance fondamentale de la présomption d'innocence et du respect de la dignité des personnes", estime le maire de Paris.

19h09 :Hollande ouvert à un changement de calendrier de la primaire. François Hollande, lui-même candidat à la primaire du PS pour 2012, assure n'avoir "aucune réserve par rapport à l'idée de reporter la date de clôture du dépôt des candidatures", initialement prévue le 13 juillet. Si DSK était innocenté lors de la prochaine audience le 18 juillet, cela lui permettrait "d'avoir toute liberté pour prendre une décision" par rapport à la primaire, affirme François Hollande, prêt à un report à "fin juillet, voire même fin août".

19h : Pour Le Pen, DSK reste disqualifié. Pour Marine Le Pen, avec la libération sur parole de Dominique Strauss-Kahn décidée vendredi, "la justice américaine vient de montrer la vérité sur la victime, il reste à faire la vérité sur les faits". Mais sur le fond, la patronne du Front national a écarté l'idée d'un retour de DSK dans le jeu politique. "J'ai perdu là mon meilleur adversaire, que ce soit juste ou injuste, dès le jour de son arrestation", a-t-elle ironisé, vendredi, sur Europe 1.

18h44 : "It’s not over" dit Cyrus Vance JR. "Nous n’avons pas abandonné l’inculpation. Nous n’avons rien fait d’autre que de soutenir la victime présumée", a précisé le procureur Cyrus Vance JR.

18h30 : L'accusatrice de DSK a fait un "récit erroné" des faits présumés. Nafissatou Diallo, l'accusatrice de Dominique Strauss-Kahn, aurait livré un "récit erroné" des faits présumés et a reconnu avoir menti devant le Grand Jury, selon le procureur de Manhattan en charge de l'affaire. "La plaignante a reconnu depuis que son récit était erroné et qu'après l'incident dans la suite 2806, elle avait nettoyé une chambre voisine puis était retournée dans la suite (de DSK) avant de rapporter l'incident à son supérieur", a expliqué le bureau du procureur Cyrus Vance dans une lettre aux avocats de l'ex-patron du FMI datée de jeudi. Le magistrat a précisé que "durant toute l'enquête, la plaignante avait menti aux assistants du procureur à propos de plusieurs autres sujets comme son histoire, son passé, les circonstances présentes et ses relations personnelles".

>> Lire le courrier du procureur envoyé aux avocats (PDF)

la lettre du procureur

© Capture ecran


18h29 : Vers un non-lieu ? C’est ce qu’a laissé entendre Me Kenneth Thomson, à la sortie du tribunal. Le procureur de Manhattan se dirige vers un non-lieu dans cette affaire, a t-il reconnu, tout en assurant disposer de "preuves matérielles" incriminant l'ancien directeur général du FMI pour tentative de viol.

18h10 : Le Guen espère que DSK jouera un rôle "important". Le député socialiste de Paris Jean-Marie Le Guen a estimé vendredi que la remise en liberté sur parole de Dominique Strauss-Kahn constituait "une étape décisive dans la manifestation de la vérité" et espéré qu'il puisse "tenir un rôle tout à fait important" dans la présidentielle.

18h00 : Benoît Hamon exprime son "soulagement". C'est "un moment d'intense soulagement pour nous", a déclaré le porte-parole du Parti socialiste après la libération sur parole de DSK. "Le fait le plus important de ce jour, c'est que le procureur reconnaît désormais qu'il existe un doute fort sur la parole de la plaignante", a-t-il dit lors d'une déclaration au siège du Parti socialiste.





"Le soulagement des socialistes d'avoir vu DSK...par PartiSocialiste



17h50 : L'avocat de la plaignante parle à son tour. Kenneth Thompson explique que sa cliente "n'a pas changé un seul mot" à sa version et donne tous les détails de la présumée agression. Il explique que sa cliente aura sûrement besoin de chirurgie. L'avocat assure disposer "de preuves matérielles et réfute les accusations de trafic de drogue à l'encontre de sa cliente, parlant d'un "mensonge".





La contre-attaque de Kenneth Thompsonpar ITELE



17h45 : Les avocats de DSK réclament l'abandon des poursuites. A la sortie du tribunal, Benjamin Brafman, l'un des deux avocats de DSK exprime sa "certitude" que Dominique Strauss-Kahn sera innocenté et rend hommage au procureur.Les deux avocats vont réclamer l'abandon de toutes les charges retenues contre leur client.

Les avocats de DSK s'expriment à la sortie du tribunal.

© BFM

17h42 : Fin de l'audience, DSK sort souriant du tribunal avec Anne Sinclair. Dominique Strauss-Kahn ressort souriant du tribunal, la main sur l'épaule de son épouse.

DSk et Anne Sinclair sortent du tribunal. L'ex-patron du FMI, souriant, a la main posé sur l'épaule de son épouse.

© BFM

17h41 : La prochaine audience dans l'affaire DSK reste fixée au 18 juillet, dit le juge.

17h40 :DSK libéré sur parole, décide le juge américain. Dominique Strauss-Kahn a été libéré sur parole, a décidé le juge Michael Obus. Le procureur Cyrus Vance avait auparavant demandé au juge de lever le placement en résidence surveillée de DSK.

17h40 : L'accusation n'abandonne pas les poursuites contre Strauss-Kahn. Le procureur a refusé d'abandonner les poursuites, expliquant que le dossier n'était pas clos

17h35 : La justice accepte de lever la caution de Dominique Strauss-Kahn.Comme attendu, la caution est levée. Mais la justice conserve le passeport de DSK.

17h30 : DSK est entré dans la salle du tribunal. Maintenant que Dominique Strauss-Kahn est présent dans la salle, l'audience va pouvoir commencer.

Vue générale de la salle où s'est tenue l'audience de DSK.

© BFM

17h20 : Les avocats de Dominique Strauss-Kahn. D'après le correspondant d'Europe 1 Jean-Philippe Balasse, présent dans la salle, les avocats de DSK sont entrés dans la salle ainsi le juge.

17h15 : On n'attend plus que DSK et Anne Sinclair. Kenneth Thompson, l'avocat de la femme de chambre discute à voix basse avec l'équipe du procureur, observe le correspondant d'Europe 1 Jean-Philippe Balasse présent dans la salle. On attend toujours Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair.

17h05 : Kenneth Thompson arrive dans la salle. Alors que l'audience est imminente, l'avocat de la plaignante fait son entrée dans la salle du tribunal. Les équipes du procureur sont également présentes. Pendant ce temps, les journalistes attendent en masse devant le tribunal.

La presse attend devant le tribunal de New York où DSK est arrivé en compagnie d’Anne Sinclair.

© CAPTURE BFM

16h50 : DSK et Anne Sinclair font leur entrée dans le Tribunal pénal de New York. Vêtu d'un costume bleu sombre et d'une cravate bleu clair, Dominique Strauss-Kahn est arrivé au tribunal, accompagné de son épouse Anne Sinclair, en veste blanche et jupe noire. Mitraillés par les photographes, scrutés par les caméras de télévision, DSK et son épouse sont restés impassibles à leur arrivée. Ils n'ont fait aucune déclaration et se sont engouffrés directement dans le tribunal. L'audience de vendredi doit avoir lieu dans la salle 51, au 13e étage du tribunal.

16h45 : DSK quitte son domicile en partance pour le tribunal. Sous un soleil de plomb, DSK et son épouse Anne Sinclair quitte la résidence d'assignation dans le quartier de Tribeca à Manhattan, en direction du tribunal.

dsk

© BFM

15h55 : DSK serait libéré sur parole. Le procureur de New York serait d'accord pour libérer Dominique Strauss-Kahn sur parole, un mois et demi après sa mise en résidence surveillée pour une accusation de crimes sexuels à l'encontre d'une femme de chambre, a révélé vendredi la télévision Bloomberg TV. Bloomberg TV. La décision revient maintenant au juge Michael Obus qui pourrait se prononcer ce vendredi. Si tel était le cas, la caution d'un million de dollars et le dépôt de garantie de 5 millions de dollars fixés par le juge lors de la mise sous résidence surveillée de DSK pourraient lui être restitués.

15h50 : "Rien ne change" aux faits reprochés à Dominique Strauss-Kahn, a estimé un avocat de la plaignante. Dans un mail adressé au New York Times vendredi, Me Kenneth Thompson n'a pas démenti les informations publiées jeudi soir par le prestigieux organe de presse. Mais il a estimé que "rien ne change le fait très important qui est que Dominique Strauss-Kahn a commis une agression sexuelle violente dans une chambre d'hôtel du Sofitel" .

15h40 : François Rebsamen évoque "une heureuse nouvelle". Le sénateur-maire PS de Dijon a qualifié jeudi dans un communiqué d'"heureuse nouvelles" les révélations du New York Times. C'est "une heureuse nouvelle pour Dominique Strauss-Khan, et tous ceux qui ont toujours cru que les accusations de viol et d’agression sexuelle à son endroit ne correspondaient pas à ce que nous savions de cet homme qui nous aura accompagnés dans tant de combats politiques", déclare-t-il. Mais, souligne-t-il, "restent les images, les actes et les écrits qui auront martelé le paysage politique national et international".

15h10 : Pour Jean-Marc Ayrault, il est trop tôt pour envisager un éventuel retour politique de DSK. Si jamais les charges contre l'ancien patron du FMI étaient levées, "il faudrait d'abord, que lui, dise ce qu'il souhaite, ce qu'il pense. C'est la meilleure façon de le respecter. S'il s'en sort, ce sera à lui de dire ce qu'il souhaite. Je ne vais pas parler à sa place. Ce serait un commentaire presque indécent", a déclaré sur Europe 1 le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale.

15h00 : Christophe Borgel estime sur Europe1 que la primaire socialiste n'est "pas le sujet du jour". Ce lieutenant de Dominique Strauss-Kahn a estimé vendredi qu'un éventuel bouleversement du calendrier de la primaire socialiste n'est "pas le sujet du jour". "On pense maintenant à Dominique, à ses proches, et on ne traite pas les questions en urgence", a ajouté le secrétaire national du PS, en charge des élections.

14h45 : L'avocat français de DSK pourrait s'exprimer vendredi soir. Selon les informations d'Europe 1, Me Jean Veil, l'avocat français de DSK - qui n'a jamais fait de déclarations publiques depuis le début de l'affaire - pourrait s'exprimer vendredi soir, après l'audience.

14h05 : Pour un de ses frères, Nafissatou Diallo ne baigne pas dans des trafics de drogue. Un frère de Nafissatou Diallo rejette les informations selon lesquelles sa soeur serait impliquée dans des activités criminelles. "Je démens catégoriquement les accusations portées contre ma soeur sur une prétendue implication dans des histoires de vente de drogue et de blanchiment d'argent", a déclaré à l'AFP et à Radio France Internationale (RFI), Mamadou Dian Diallo, qui vit à Conakry, en Guinée. "C'est archi-faux. Nous sommes des descendants d’érudits musulmans très pieux, nous ne pouvons pas nous laisser emporter par le gain facile de l’argent", a ajouté le frère aîné de l'accusatrice de DSK.

13h40 : La suspension de la primaire n'est "pas à l'ordre du jour", estime Benoît Hamon, sur Public Sénat/LCP.

13h20 : Bertrand Delanoë souhaite que "les accusations se dissipent". "Dans les circonstances présentes, je pense d'abord à Dominique Strauss-Kahn, à Anne Sinclair, à leur famille, à leurs proches. J'espère très vivement que se confirmera l'espoir de voir se dissiper les accusations, et que Dominique Strauss-Kahn rétablira son honneur et retrouvera sa liberté", a-t-il déclaré à l'AFP.

13h00 : Fillon demande d'"attendre sereinement" la justice. François Fillon a déclaré vendredi à Jakarta qu'il fallait "attendre sereinement que la justice américaine fasse son travail". "Nous devons attendre sereinement que la justice américaine fasse son travail. C'est la seule conduite à tenir dans cette affaire", a déclaré le Premier ministre à la presse à la suite d'un entretien avec le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono à Jakarta.

12h15 : Dray fustige un "lynchage médiatique mondial", sur Europe 1. Le député PS de l'Essonne estime que Dominique Strauss-Kahn avait été victime du "premier lynchage médiatique mondial". Il s'étonne que les enquêteurs aient mis "un mois à se rendre compte" que Nafissatou Diallo avait reçu "100.000 dollars sur son compte en banque", et qu'elle avait téléphoné à un détenu après sa rencontre avec DSK.

11h55 : TF1 et France 2 y vont de leurs éditions spéciales. Les deux premières chaînes feront une édition spéciale sur l'affaire DSK vendredi dès 17h15 sur la Une, avec Claire Chazal, 17h10 sur France 2 avec Laurent Delahousse, selon le compte Twitter de Pure Médias.

11h50 : "Ne nous emballons pas", dit Manuel Valls au JDD.fr. "Je ne ferai aucune déclaration. Ne nous nous emballons pas. On va attendre un peu avant que ça parte dans tous les sens", a tout juste consenti le député-maire d’Evry.

11h35 : "Trop tôt pour évoquer les conséquences politiques", tweete François Rebsamen. "Il faut penser à l'homme, à sa famille. Il faut qu'il puisse recouvrir son honneur, il faut qu'il puisse regarder le monde en face", écrit encore le socialiste sur son compte Twitter. Et d'y conclure : "si ça se vérifie, et que Dominique Strauss-Kahn est lavé de tout soupçons, c'est un grand bonheur".

11h30 : Bernard Debré fait son mea culpa. Le député UMP de Paris Bernard Debré reconnaît, sur BFMTV, être allé "trop vite" en qualifiant Dominique Strauss-Kahn d'"homme peu recommandable". Il juge même que DSK pourrait se présenter à la présidentielle "s'il n'est pas condamné aux Etats-Unis".

11h20 : Lisa Friel, chef de l'unité des crimes sexuels de New York, démissionne, selon les informations du New York Times. Pour le moment, le journal ignore les raisons qui ont précipité cette démission.

10h50 : Pour Marine Le Pen, DSK "ne peut pas revenir". La patronne du FN s'est exprimée auprès de France-Soir vendredi matin : "la candidature de Dominique Strauss-Kahn reste décrédibilisée. Il n'avait aucune chance et ça ne change rien (...) il ne peut pas revenir".

10h35 : Martine Aubry espère que "la vérité sera établie". La candidate à la primaire socialiste, qui s'exprimait depuis Lille, souhaite que l'audience de vendredi permettra à Dominique Strauss-Kahn "de sortir de ce cauchemar". Elle n'a pas voulu répondre à une question sur une éventuelle modification du calendrier de la primaire socialiste.

10h20 : Ségolène Royal appelle à "ne pas instrumentaliser ce moment", sur Europe 1. La candidate à l'investiture socialiste pour 2012 a jugé que ce n'était pas à elle de dire si DSK allait pouvoir revenir dans le processus de la primaire : "à ce stade, je juge l'émotion et la gravité de ce moment", élude-t-elle. "Il faut respecter sa volonté", ajoute-t-elle.





"Ne pas instrumentaliser ce moment"par Europe1fr

9h50 : Hollande espère que l'audience "lèvera toutes les charges". le candidat à la primaire socialiste a souhaité que l'audience du tribunal de New York fasse "tomber toutes les charges" contre Dominique Strauss-Kahn, dans une déclaration à l'AFP.

9h30 : Cambadélis a "de quoi retrouver le sourire". "Affaire DSK: Si les informations de New-York sont confirmées par l’audience de ce jour, il y a de quoi retrouver le sourire. Mais laissons la justice américaine agir et DSK dire sa vérité", écrit le proche de DSK sur son blog.

9h15 : "La tête de Sarkozy !" "Il y a un seul truc qui me fait plaisir - en dehors de cette espérance qui réapparaît dans la vie de Dominique Strauss-Kahn, d'Anne Sinclair et de toute leur famille - c'est la tête que doit faire Sarkozy aujourd'hui et toute la droite qui a voulu avec cette affaire éliminer le Parti socialiste au niveau moral", se réjouit Claude Bartolone sur i-Télé.

9h10 : "Un grand bonheur, pour Jack Lang. "Si les nouvelles venant de New York sont confirmées, ce serait un grand bonheur. D'abord pour Anne (Sinclair) et Dominique, mais aussi pour notre pays et pour les amis les plus proches de Dominique Strauss-Kahn", estime l'ancien ministre PS de la Culture, dans un communiqué.

9h05 : "Un nouveau coup de tonnerre", pour Lionel Jospin. "Si les choses changent et si les charges contre DSK sont abandonnées, il ne faudra pas oublier qu'il a été jeté en pâture", pointe le socialiste sur Europe 1. "Il faut attendre la suite de la procédure, je serais heureux évidemment qu'un ami se trouve libéré de toute charge", ajoute-t-il.

8h55 : "Enfin une bonne nouvelle ! ", se félicite sur Europe 1 François Pupponi, fidèle soutien de Dominique Strauss-Kahn. "Il faut prendre ça avec du conditionnel. Il faut attendre ce soir que le tribunal confirme tout ce qui a été dit dans le journal", nuance néanmoins le maire de Sarcelles.

8h45 : DSK possible candidat à la primaire PS, pour Borloo. "Si ça se déroule comme on le suppose, un retrait de l'accusation (...) qu'est-ce qui l'empêche de revenir s'il en a la force et l'envie ?", s'interroge Jean-Louis Borloo sur i-Télé et Radio Classique. "J'ignore absolument son état d'esprit mais je ne vois pas, s'il le souhaitait, ce qui l'en empêcherait en tous les cas", poursuit-il.

8h35 : Martine Aubry ne devrait s'exprimer qu'en fin de journée, selon les informations du correspondant d'Europe 1 à Lille Lionel Gougelot. La candidate à la primaire du PS attend la fin de l'audience au tribunal de New York.

8h30 : "On parle toujours trop vite". Le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire déclare, sur Europe 1 : "on parle toujours trop et trop vite. Et les mêmes qui, hier, criaient haro sur Dominique Strauss-Kahn vont crier haro sur la justice américaine ou sur le procureur.

8h25 : Michèle Sabban veut faire une pause dans la primaire du PS. Pour la vice-présidente PS du Conseil régional d'Ile-de-France, proche de DSK, les socialistes doivent modifier le processus de désignation de leur candidat à l'élection présidentielle si Dominique Strauss-Kahn est innocenté. "L'humiliation planétaire qu'a subi Dominique, je pense quand même que ça vaut la peine d'attendre", estime-t-elle.

7h55 : "Il paraît probable que DSK soit libéré". Pour Stéphane Dreyfuss, "il est normal qu'à partir du moment où il dispose de ces informations, l'avocat de la défense de Dominique Strauss-Kahn demande au juge d'alléger, voire d'éliminer les conditions qui sont imposées actuellement à DSK". "Si ce qui est écrit dans le New York Times est véritable, il paraît probable que DSK soit libéré en étant obligé de rester aux Etats-Unis jusqu'à ce que la lumière soit faite sur toutes les questions", ajoute-t-il au micro d'Europe 1.

7h45 : Jean-Marie Le Guen a "beaucoup d'espoir". "C'est une nouvelle incroyable pour Dominique, pour Anne Sinclair, pour sa famille. Je pense qu'ils ont sans doute l'impression ce matin de se réveiller d'un cauchemar affreux", déclare sur France 2 le député socialiste.

7h30 : Claude Bartolone est "sous le choc de l'émotion". "Quand le téléphone a sonné à 3h30 du matin, j'ai cru que c'était une nouvelle fois une plaisanterie", déclare le socialiste sur Europe 1. C'est "une nouvelle qui dans nos rêves les plus fous on n'arrivait pas à imaginer", ajoute-t-il.

7h05 : Le New York Post émet lui aussi des doutes sur l'accusation. Le quotidien, qui pourtant avait été l'un des plus féroces accusateurs de DSK, écrit, citant ses propres sources, que le dossier est en train de s'effondrer.

6h45 : "Des doutes sur la moralité de l'accusatrice".Nicole Bacharan, spécialiste des Etats-unis et consultante d'Europe 1, estime qu'il y a "un doute sur [la] crédibilité" de Nafissatou Diallo, "mais pas forcément sur les faits". Or d'après Nicole Bacharan,"devant la justice new yorkaise procureur comme avocat sont d'accord sur une chose : il faut que la victime présumée soit d'une moralité impeccable". Et, selon elle, "pour une femme prouver un viol à l'heure actuelle reste aussi difficile qu'au Moyen-Age". Sur l'issue de la journée de vendredi, elle estime que DSK peut sortir "éventuellement libre ou avoir de conditions de détention assouplies".

6 heures: Un sérieux coup porté à l'accusation de DSK. Le New York Times cite deux enquêteurs, qui affirment que Nafissatou Diallo aurait menti à plusieurs reprises, sur les circonstances de l'agression sexuelle, et sur son propre passé. Tout d'abord, Nafissatou Diallo aurait eu une conversation avec un détenu, incarcéré pour détention de marijuana, le lendemain de sa rencontre avec DSK. Elle lui aurait alors demandé si elle avait un intérêt financier à maintenir les accusations contre ce dernier. La femme de chambre aurait également menti sur son passé, affirmant qu'elle avait déjà été violée et avait subi des mutilations génitales, précisant que ces deux éléments figuraient dans sa demande d'asile, ce qui serait faux. Enfin, le procureur ne croirait plus exactement à la version de l'agression racontée par la femme de chambre, qui aurait menti sur plusieurs points.

>>> Retrouvez le déroulement des évènements de vendredi en cliquant ici.