Députés à Molenbeek : "il faut qu’on balaie devant notre porte en France"

  • A
  • A
Partagez sur :

Georges Fenech, député Les Républicains a livré vendredi sur Europe 1 ses premières observations après une visite à Molenbeek dans le cadre de la commission d'enquête sur les attentats.

INTERVIEW

Molenbeek est au coeur de l'enquête sur les attentats de Paris et Bruxelles. Des députés de la commission d'enquête sur les attentats s'y sont rendus vendredi. Parmi eux, Georges Fenech, président de la commission qui a salué vendredi sur Europe 1 "la très étroite coopération qui existe entre la Belgique et la France au niveau du renseignement, de la police et de la justice". 

"Une bourgmestre déterminée". Les députés ont notamment rencontré la bourgmestre de Molenbeek, largement accusée en France d'avoir, avec sa municipalité, laissé s'implanter des terroristes sur cette commune bruxelloise.

Les députés français arrivaient d'ailleurs dans un contexte de crispation avec Bruxelles après ces critiques. Sur place, Georges Fenech a tenu à désamorcer les choses. "Ce que j'ai vu c'est une bourgmestre absolument déterminée et d'une très très grande volonté", a-t-il expliqué.

Rejeter la faute est "de très mauvais augure". Pour le député Les Républicains, la France n'est pas non plus exempt de critiques."Je me garderai bien de jeter la pierre à qui que ce soit. Je crois qu'il faut aussi qu'on balaie devant notre porte. En France aussi, nous avons eu beaucoup de morts et d'attentats et il est de très mauvais augure de se rejeter la faute aux uns et aux autres", a lancé Georges Fenech.

Un rapport attendu en juillet. A Molenbeek, le président de la commission d'enquête sur les attentats a aussi noté des mesures transposables en France. "Le bourgmestre est destinataire de listes de personnes radicalisées des services de renseignement. Cela leur permet de faire des surveillances administratives et d'orienter leur politique municipale. C'est quelque chose qui n'existe pas chez nous", a regretté Georges Fenech. Cette possibilité pourrait être inscrite dans le rapport parlementaire qui devrait être rendu au mois de juillet.