Depuis Trump, "l'irritation est au plus haut niveau au Mexique", affirme l'ambassadeur en France

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

S'il s'étonne de la teneur des propos de Donald Trump sur les expulsions de clandestins des Etats-Unis, l'ambassadeur mexicain en France préfère privilégier le dialogue.

INTERVIEW

"L'irritation est au plus haut niveau au Mexique. Cette irritation est naturelle, elle est le fait d'un pays qui s'est senti humilié par un certain nombre de propos". Invité de la matinale d'Europe 1 vendredi, Juan Manuel Gomez-Robledo, ambassadeur du Mexique en France, a réagi aux déclarations de Donald Trump, la veille, sur l'expulsion des immigrés clandestins mexicains aux Etats-Unis.

"Une façon de travailler assez troublante". Le président américain a en effet affirmé jeudi que les efforts engagés par son administration pour expulser ces immigrés clandestins était "une opération militaire". A peine deux heures après, son secrétaire à la Sécurité intérieure, John Kelly, le contredisait en affirmant que les Etats-Unis ne feront "pas usage de l'armée en matière migratoire". "Cette façon de travailler est assez troublante, c'est le moins que l'on puisse dire", estime Juan Manuel Gomez-Robledo. "Cela dit, un dialogue vient de se mettre en place. Les deux secrétaires américains se sont engagés à ce qu'il n'y ait pas de déportations ou d'expulsions massives, à ce que l'armée ne soit pas impliquée, et surtout, à ce que ces expulsions - si elles ont lieu - aient lieu dans le cadre de l'état de droit et dans le plein respect des Droits de l'Homme et des ressortissants mexicains. Nous avons confiance dans les gages de sécurité que nous a donnés l'administration américaine", se rassure l'ambassadeur.

"Nous avons besoin l'un de l'autre". "Nous allons pouvoir travailler ensemble sur tous les sujets, et en partant du principe que tous les sujets sont liés. Le commerce est indissociable de la migration, de la sécurité, et de tout ce qui fait de cette relation une relation extrêmement dynamique", affirme l'ambassadeur mexicain en France. "On finira par trouver des solutions, nous avons besoin l'un de l'autre", martèle le diplomate. Des conversations sur le commerce seront d'ailleurs entamées prochainement entre les deux pays. Mais Juan Manuel Gomez-Robledo, le mur que Donald Trump veut bâtir à la frontière ne sera pas abordé. "Nous avons convenu avec les Américains de ne plus en parler", assure-t-il. "Nous n'allons pas parler d'une question sur laquelle nous n'arriverons jamais à nous mettre d'accord".

La crainte d'un "nationalisme exacerbé". L'ambassadeur l'affirme : ce qui effraie le plus les Mexicains depuis l'investiture de Donald Trump, "c'est de perdre 23-24 ans de construction d'une relation de confiance et de coopération". "Ce qui nous fait peur, c'est à nouveau un climat de défiance, de nationalisme exacerbé. On l'a connu dans notre histoire, on ne voudrait pas que cela se répète", explique Juan Manuel Gomez-Robledo. "C'est préjudiciable pour ces deux pays qui sont voisins pour la vie".