Déjà 100.000 morts en Syrie

  • A
  • A
Déjà 100.000 morts en Syrie
@ REUTERS
Partagez sur :

Sur le terrain, les combats font toujours rage et aucune solution ne semble être en vue.

LE CHIFFRE. Un nouveau cap a été franchi. Déjà 100.000 personnes ont perdu la vie dans le conflit en Syrie, selon un décompte de l’ONU depuis le début des combats en mars 2011. Signe que les violences ne connaissent aucun répit, plus de 2.000 personnes, en majorité des combattants, ont été tuées depuis le début du ramadan, entamé le 10 juillet, affirme l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Bombardements à Homs. Si les violences sont aussi meurtrières, c’est parce qu’un "grand nombre d’armes" sont aux mains des rebelles, analyse l’OSDH, soulignant aussi que "le régime intensifie ses attaques" et que "dans les zones libérées, des accrochages ont lieu entre Kurdes et jihadistes". Les combats ont fait rage jeudi, notamment à Homs, dans un quartier tenu par les rebelles et assiégé par l’armée. L’OSDH a décrit des "affrontements extrêmement durs" et un "bombardement intense" sur cette zone. Par ailleurs, dans la banlieue de Damas, un attentat à la voiture piégée a fait 17 morts et 30 blessés.

syrie refugies

© REUTERS

6.000 Syriens quittent le pays chaque jour. Outre le nombre de tués, l’ONU souligne aussi que "des millions" de Syriens ont été déplacés ou ont dû se réfugier dans les pays frontaliers. Environ 6.000 personnes fuient le pays chaque jour et au total, 1,8 millions de Syriens ont dû se réfugier dans les pays voisins, dont quelque 600.000 au Liban. A la mi-juillet, l’ONU avait même assuré que le conflit syrien avait provoqué la pire crise en matière de réfugiés depuis le génocide rwandais, il y a une vingtaine d’années.

Pas de sortie de conflit en vue. L’ONU a jugé "impératif" de "réunir une conférence de paix à Genève dès que possible". Mais, si Washington et Moscou poursuivent leurs efforts en vue d’organiser une telle conférence, des désaccords majeurs sur son objectif et ses participants demeurent. Pendant ce temps, le décompte macabre se poursuit.
> A LIRE AUSSI : Le chef des rebelles syriens reçu par Hollande