Déclencher l'accouchement entraînerait l'autisme

  • A
  • A
Déclencher l'accouchement entraînerait l'autisme
Pour les scientifiques, il existe un lien entre accouchement provoqué et autisme.@ MaxPPP
Partagez sur :

Des chercheurs ont révélé que déclencher les contractions augmentait de 35 % le risque d'avoir un enfant autiste.

L'info. Déclencher ou amplifier de façon artificielle les contractions pour accélérer un accouchement pourrait être lié au risque d'autisme chez le nouveau-né, plus particulièrement chez les garçons. C'est ce qu'a révélé lundi une étude du Journal of the American Medical Association (JAMA) Pediatrics. Les chercheurs soulignent toutefois qu'il n'est pas avéré que déclencher les contractions entraîne l'autisme, et que leur étude montre simplement qu'il faut augmenter les recherches.

>> A ECOUTER : "Le dépistage de l'autisme doit être plus précoce"

35 % de risque en plus. Le Dr Simon Gregory, de l'Université Duke en Caroline du Nord, s'est penché avec ses équipes sur les dossiers scolaires de 625.042 enfants pour déterminer ceux qui étaient atteint d'autisme. Dans ce groupe, environ 1,3% des garçons et 0,4% des filles souffraient de cette maladie. Dans les deux cas, la proportion des mères dont le travail avait été provoqué ou amplifié artificiellement et ayant eu des enfants autistes était plus élevée que chez les autres.

enfant autiste autisme MAXPPP 930620

© MAXPPP

Selon les auteurs de l'étude, déclencher ou amplifier les contractions serait lié à un accroissement de 35% du risque d'autisme chez les garçons, par rapport à ceux nés de mères dont le travail s'est produit naturellement. Cette estimation prend en compte d'autres facteurs établis contribuant à l'autisme, comme l'âge de la mère ou des complications durant la grossesse.

Résultats contradictoires. La question du lien entre accélération de l'accouchement et autisme n'est pas nouvelle. De nombreuses équipes de scientifiques se sont en effet déjà penché sur cette question, en arrivant toutefois à des résultats contradictoires. Mais pour l'auteur de l'étude parue lundi, ces recherches portaient sur des nombres relativement restreints de sujets. "Notre étude est de loin l'une des plus étendues à se pencher sur cette question, a-t-il souligné".