Décès du Français Georges de Paris, tailleur des présidents américains

  • A
  • A
Décès du Français Georges de Paris, tailleur des présidents américains
@ AFP
Partagez sur :

Le Français est décédé après une longue maladie, à l'âge de 81 ans. 

Une des coqueluches de la Maison Blanche s'est éteinte. Georges de Paris, un Français immigré aux Etats-Unis et devenu l'un des tailleurs des présidents américains, de Lyndon Johnson à Barack Obama, est décédé dimanche à Washington, ont indiqué des proches. Âgé de 81 ans, il s'est éteint dans un centre de soins à Arlington en Virginie, près de la capitale américaine, après une longue maladie. Né à Marseille et arrivé aux Etats-Unis en 1960 à l'âge de 27 ans, Georges de Paris avait travaillé dans sa boutique proche de la Maison Blanche jusqu'à deux mois avant son décès. 

Tailleur aussi pour Sarkozy et DSK. Selon Alain Trampoglieri, membre du conseil d'administration de Radio France et ami de Georges de Paris, il souffrait d'une tumeur au cerveau depuis deux ans. Toujours tiré à quatre épingles, de petite taille avec de longs cheveux argentés tombant sur ses épaules, ce tailleur était devenu célèbre à Washington. Il avait aussi confectionné des costumes pour plusieurs autres personnalités dont, disait-il, Nicolas Sarkozy et Dominique Strauss-Kahn quand il était directeur général du FMI.

Un incroyable parcours. Il avait eu un parcours pour le moins inhabituel avant de connaître le succès. Muni d'un diplôme de couture, Georges de Paris, son vrai nom de famille affirmait-t-il à l'AFP qui l'avait rencontré en 2002, est devenu citoyen américain en 1969. Il était arrivé à Washington avec seulement ses économies en poche, un peu plus de 4.000 dollars. Il avait emménagé avec une compagne américaine mais la relation s'était gâtée rapidement quand il avait refusé de l'épouser, avait-il raconté à l'AFP.

Elle le jeta alors dehors sans lui rendre son argent, assurait-il. Suivirent six mois "de dèche", confiait-il dans un français à l'accent indéfinissable parfois difficile à comprendre. Il se retrouva alors à la rue sans un sou et parlant à peine anglais, forcé de faire la manche et dormant dans un parking du centre de Washington, près de la Maison Blanche.