Débarqué parce qu’il parlait arabe : Delta Airlines se défend et parle d’un canular

  • A
  • A
Débarqué parce qu’il parlait arabe : Delta Airlines se défend et parle d’un canular
C'est mercredi qu'Adam Saleh et un de ses amis ont été débarqués d'un vol Delta Airlines Londres-New York. Image d'illustration. @ CRÉDITJOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

La compagnie américaine a publié jeudi un deuxième communiqué après avoir interrogé des membres d'équipage et des passagers.

Mercredi, un Youtubeur a posté une vidéo le montrant se faire débarquer d'un vol Delta Airlines sous prétexte, selon lui, qu'il parlait arabe. Au lendemain des faits, la compagnie a décidé de répliquer en invoquant un possible canular.

Une "attitude provocante" selon Delta. Jeudi, après avoir interrogé les membres de l'équipage de ce vol ainsi que plusieurs passagers, Delta Airlines a en effet publié un communiqué. "Sur la foi des informations recueillies, il apparaît que les passagers qui ont été débarqués ont cherché à perturber la cabine en adoptant une attitude provocante, notamment en criant", y indique la compagnie aérienne. "Ce genre de conduite n'est la bienvenue sur aucun vol Delta", y ajoute-t-elle.

La "sécurité" et le "confort" en cause. Delta indique aussi que "selon les médias", le passager débarqué, Adam Saleh, "est un spécialiste du canular qui a été filmé et encouragé par son acolyte", Slim Albaher présent aussi dans l'avion. "La priorité de Delta est la sécurité et le confort des passagers et de ses employés", rappelle la compagnie américaine. "Il est clair que ces individus ont cherché à violer ces priorités", conclut Delta Airlines. Mercredi, dans un premier communiqué, elle avait expliqué avoir sorti le Youtubeur à cause du "dérangement" qu'il causait et après qu'une vingtaine de passagers de ce vol Londres-New York aient exprimé "leur malaise".

Pour Saleh, une discrimination. Jeudi, Adam Saleh a répliqué en soutenant que la vidéo n'était pas du tout un canular. Selon lui, il a bien été victime d'une discrimination après avoir eu une discussion en arabe avec sa mère à bord de l'avion. "Oui, nous faisons des blagues, et cela peut rappeler le garçon qui criait au loup, mais aujourd'hui, vous pouvez voir que tout était vrai", a-t-il ainsi expliqué dans un message posté sur Twitter.