De l'Irak à la Syrie, l'Etat Islamique contraint au repli

  • A
  • A
De l'Irak à la Syrie, l'Etat Islamique contraint au repli
@ ARIS MESSINIS / AFP
Partagez sur :

Les forces de l'Organisation Etat Islamique ont été presque entièrement chassées de Kobané, ville symbole de la lutte contre les djihadistes en Syrie. Les forces irakiennes ont aussi grignoté du terrain dans l'est du pays.

Deux batailles gagnées, mais la guerre continue. Assiste-t-on à un tournant décisif dans la guerre menée par la coalition internationale contre l'organisation Etat Islamique ? Difficile de dire si la tendance va se confirmer, mais les milices kurdes syriennes à l'ouest, et les forces irakiennes à l'est, sont parvenues lundi à faire reculer les djihadistes. A tel point que Kobané, cette ville du Kurdistan syrien située à quelques kilomètres seulement de la frontière turque, ville clé de la région et symbole de la lutte contre l'islamisme, est aujourd'hui presque entièrement sous contrôle des Peshmergas et les forces de défense du peuple.

Le drapeau noir de l'Etat Islamique ne flotte plus sur Kobané. Dans les rues de cette ville, exsangue après six mois de rudes combats, les tirs de mitraillettes résonnent encore.

Mais les salves célèbrent la victoire kurde, confirmée par le commandement américain : "La guerre contre le groupe Etat islamique est loin d'être terminée, mais son échec à Kobané prive l'EI de l'un de ses objectifs stratégiques". Idriss Nassen, un des responsables de la défense de la ville explique au micro d'Europe 1, explique que les forces kurdes ont eu une mauvaise surprise en combattant l'EI ces derniers jours :  "Parmi ceux que nos troupes ont capturé, il y a de plus en plus de combattants de 15 ou 16 ans. Ils n'ont plus combattants. Ils sont obligés de piéger les voitures et les maisons."

>> LIRE AUSSI - L'entrée des peshmergas dans Kobané

En parallèle, les djihadistes ont subi un autre revers, en Irak cette fois-ci. Les forces militaires irakiennes ont repris le contrôle de la province de Diyala. Le général irakien a précisé que 58 membres des forces pro-gouvernementales ont été tués et 248 blessés, tandis que "plus de 50 djihadistes" ont péri.

>> LIRE AUSSI - Les lourdes pertes de Daech à Kobané

La province de Diyala reprise aux djihadistes. Il a également expliqué que les combats se poursuivront dans une zone montagneuse isolée, à cheval sur plusieurs provinces, dont celle de Diyala. Depuis que l'EI s'est emparé de larges parties du territoire irakien en juin, les forces fédérales, des combattants kurdes, des miliciens chiites et des membres de tribus sunnites combattent les djihadistes sur plusieurs fronts, avec l'appui de frappes aériennes de la coalition internationale menée par les Etats-Unis. Certains pays membres de l'alliance ont également envoyé des conseillers militaires en Irak.