Dans l'Ohio, l'enquête sur les mails de Clinton réjouit les pro-Trump

  • A
  • A
Partagez sur :

Après la réouverture par le FBI de l'enquête sur les mails privés d'Hillary Clinton, les supporters de Donald Trump se frottent les mains. Reportage dans l'Etat de l'Ohio, moins de deux semaines avant l'élection présidentielle. 

REPORTAGE

C'est une enquête du FBI qui pourrait bien venir polluer les derniers jours de campagne d'Hillary Clinton dans sa course à la Maison-Blanche. Encore une fois, l'affaire de l'utilisation de mails privés par l'ancienne chef de la diplomatie américaine refait surface. L'affaire avait pourtant été classée. Si Hillary Clinton s'est dite sereine, et "certaine" que les nouveaux mails trouvés par la police fédérale ne changeront pas les résultats de l'enquête, les supporters de Donald Trump, eux, se frottent les mains.

"J'espère qu'elle sera destituée". Dans l'Etat de l'Ohio, par exemple, l'annonce leur a fait l'effet d'une véritable bouffée d'oxygène. Dans cet Etat clé du duel final entre les deux candidats, les soutiens du candidat républicain ne sont pas loin de l'emporter. L'un d'entre eux, Cody, n’est pas certain que le retour du scandale garantisse au milliardaire la présidence, mais il prédit à Hillary Clinton une victoire empoisonnée à la Maison-Blanche. "J'espère qu'elle sera destituée si elle a violé la loi ou a partagé des informations avec les mauvaises personnes. Nixon n'a pas commis la moitié de ce qu'elle a fait, et il a été destitué. Il y a des gens en prison pour cela, et je pense qu'elle devrait y être aussi", avance-t-il.  

"Je ne fais pas plus confiance à Hillary qu'à Trump". Dans cet Etat du Midwest américain, un nouveau scandale de campagne, c'est l’assurance d'en entendre parler matin, midi, et soir. Sur les radios, les deux candidats tentent de se discréditer mutuellement à grand coups de publicités négatives. Mais ils sont très loin de convaincre Coleen, plus que jamais méfiante : "Ce qui est difficile dans tout cela, c'est qu'on en oublie les enjeux tellement ils se chamaillent. A force de parler de scandales, il y a un moment où l'on ne parle plus des problèmes de qui que ce soit", déplore cette jeune mère de famille.

Néanmoins, elle se félicite de la reprise de l'enquête par la police fédérale : "Je suis contente que cela sorte, il faut se pencher sur son cas. Hillary, je ne lui fais pas confiance, pas plus qu'à Trump." Il faut dire que les scandales ayant rythmé la campagne présidentielle sont loin, très loin, des préoccupations de cette femme de la classe moyenne qui les résume en une phrase, sans équivoque : "Tout a augmenté, sauf mon salaire."