Dans le métro, somnoler n'est pas tromper

  • A
  • A
Dans le métro, somnoler n'est pas tromper
@ EUROPE 1
Partagez sur :

LES HISTOIRES D'@ - Un Londonien a été enlacé malgré lui. Une vidéo et des ennuis à la clé.

Rakesh Nair aurait voulu tromper sa femme, il s’y serait sans doute pris autrement. Mais la jalousie a ses raisons que la raison ignore. Surtout quand elle est attisée par une vidéo YouTube vue plus de 500.000 fois. Et même si ce n’était qu’une bonne blague, au départ. Pour en savoir plus, cliquez ici.

L’histoire débute un soir du mois d’août dans le métro londonien, qui entre dans la station West Hampstead. Rakesh Nair, chef dans un restaurant indien près de Westminster, rentre chez lui et profite du trajet pour bouquiner. A ses côtés, est assise une jeune fille, jean troué et foulard multicolore autour du cou. Elle est visiblement épuisée, elle s’est assoupie et sa tête ballotte au gré des soubresauts de la rame. Oui, vous avez déjà vécu la même scène, un jour, en prenant le métro. Les voyageurs installés en face de Rakesh Nair ont décidé, eux, de la filmer.

Une fois en avant, une fois à gauche, ensuite à droite : voilà pour la chorographie involontaire du corps de la jeune passagère. Soudain, le métro s’arrête, elle relève la tête et, comme un somnambule qui se croirait encore dans son lit aux côtés de l’être aimé, elle enlace… le pauvre Rakesh Nair qui ouvre des yeux grands comme des soucoupes. L’étreinte ne dure qu’une seconde, la jeune fille se réveille en sursaut et éclate de rire, visiblement mortifiée. Rakesh Nair finit par rigoler aussi et tout le wagon avec lui.

Devant l’écran de son ordinateur, Latha, la femme de Rakesh Nair, n’a pas ri du tout. « J’ai eu des ennuis avec ma femme parce qu’elle a cru qu’il s’était passé quelque chose de sérieux », a confié le mari incompris dans les colonnes du journal local. « La plupart des gens qui rentrent chez eux à cette heure-là étaient au travail et sont clairement très fatigués, ils ne se rendent pas vraiment compte de ce qui se passe », a-t-il encore argumenté.

Latha a fini par être rassurée. Et a même réussi à voir « le côté marrant de la chose », raconte son mari.