Danica, la 7 milliardième sur terre
© Reuters

Le bébé est né deux minutes avant minuit dimanche à Manille, aux Philippines.

Nom : Danica May Camacho. Poids : 2,5 kilos. Date de naissance : le 30 octobre 2011. Origine : Philippines. La naissance de Danica pourrait être une naissance comme les autres si la petite fille n’avait pas été officiellement désignée "7 milliardième terrienne" par l'Onu.

Selon les estimations des Nations Unies, la planète Terre a atteint ce lundi matin le chiffre de 7 milliards d’être humains. Danica est née dans la nuit de dimanche à lundi deux minutes avant minuit au Jose Fabella Memorial Hospital, un hôpital public de la capitale philippine. Et, c’est précisément sa naissance qui a fait franchir le palier du chiffre démographique mondial à 7 milliards. Sa naissance est donc hautement symbolique.

Ses parents, Florante Camacho et Camille Dalura, ont été félicités par des représentants des Nations unies qui avaient apporté un petit gâteau pour l'occasion. "Elle est si belle. Je n'arrive pas à croire qu'elle est le sept milliardième habitant de la planète", s'est émue Camille Dalura dans la salle d'accouchement.

La 7 milliardième terrienne est née sous la bonne étoile de l’Onu puisque la petite fille recevra une bourse d’études et, ses parents, recevront quant à eux un pécule pour ouvrir un magasin. Un cadeau, hautement utile, pour cette famille qui vit dans l’un des pays les plus pauvres au monde.

Plusieurs  7 milliardième ?

Mais la place du 7 milliardième individu à naître est un symbole très convoité. Deux régions russes revendiquent également la place du bébé qui a fait basculer le nombre de terriens à 7 milliards. Alexandre et Piotr Nikolaev deux nouveaux nés seraient, selon ces régions, aussi, les bébés du chiffre clé.

A l’autre bout de la planète, en Inde, une organisation caritative dédiée aux enfants a également décerné le titre de "sept milliardième être humain" à une autre petite fille, une indienne née à 7h20 heure locale, dans un Etat défavorisé du pays, l’Uttar Pradesh.

Outre le fait de savoir dans quelle ville ou province est né le milliardième être humain,  la vraie problématique de ce cap symbolique reste celle des enjeux alimentaires de la prochaine décennie, étend donné l’appauvrissement des ressources. Il faudra pourtant trouver des solutions rapidement, un rapport des Nations Unies publié jeudi dernier prévoit que la population mondiale pourrait dépasser 10 milliards d'ici 2100.