Danemark : le week-end d'horreur de Copenhague

  • A
  • A
Danemark : le week-end d'horreur de Copenhague
@ AFP/ODD ANDERSEN
Partagez sur :

En un week-end, la capitale danoise a vécu deux attentats. Europe 1 revient sur ces deux jours de terreur.

Le Danemark se réveille dans la consternation, lundi matin. Pendant le week-end, deux personnes ont été tuées et cinq policiers blessés dans des fusillades, dont l'auteur présumé a été abattu tôt dimanche matin. Europe 1 refait le film du week-end sanglant de Copenhague.

Le caricaturiste danois visé. Samedi après-midi, le caricaturiste danois Lars Vilks, connu pour ses caricatures de Mahomet qui avaient suscité une polémique mondiale en 2007, et ses soutiens se réunissent au café Krudttønden, à Copenhague. Ils y organisent un débat sur le thème "Art, blasphème et liberté d'expression". Il devait y être question des attentats de Paris, qui ont notamment visé le journal satirique Charlie Hebdo. Mais une demi-heure après le début de la réunion, un homme masqué tire des rafales d'arme automatique devant le centre culturel.

>> LIRE AUSSI - Que sait-on du suspect des fusillades de Copenhague ?

Finn Nørgaard, un cinéaste qui participait à la discussion, est tué dans l'attaque, qui blesse aussi trois policiers. Le caricaturiste danois ainsi que l'ambassadeur français au Danemark qui se trouvait sur les lieux sont indemnes. Au total, une trentaine d'impacts de balles sont retrouvés sur la devanture du café Krudttønden. "Intuitivement je dirais qu'il y a eu au moins 50 coups de feu, et les policiers ici nous disent 200. Des balles sont passées à travers les portes", a raconté le diplomate français. L'auteur des coups de feu prend la fuite à bord d'une voiture.

Copenhague suspect

© AFP/POLICE DANOISE

Rapidement, il abandonne son véhicule. Des caméras de vidéosurveillance le repèrent, vêtu d'une doudoune foncée, d'un bonnet ou une cagoule bordeaux et portant un grand sac noir. Le suspect, depuis identifié comme Omar Hamid El-Hussein, un Danois de 22 ans (photo non datée), fait appel à un taxi pour se rendre dans un appartement du quartier de Nørrebro. La police danoise retrouve la voiture en fin d'après-midi. Le chauffeur de taxi contactera les enquêteurs au cours de la nuit.

Une seconde fusillade contre un centre juif. Mais l'auteur des coups de feu de Krudttønden ne s'arrête pas là et se rend aux alentours de minuit près de la synagogue de Copenhague. Une Bar Mitzbah, une fête de confirmation juive, s'y déroule et le tireur a l'intention d'y commettre un massacre. Mais San Uzan, un jeune homme juif, garde l'entrée. Il est tué d'une balle dans la tête, tandis que deux policiers sont blessés. Un porte-parole d'une association juive, Jeppe Jul, a raconté au quotidien suédois Dagens Nyheter que l'agresseur ressemblait à un fêtard ivre puisqu'il a vomi dans la rue. Le suspect parvient à s'enfuir à pied.

>> LIRE AUSSI - "Je croyais qu'on était un pays paisible"

La police surveille le logement dans lequel s'est rendu Omar Hamid El-Hussein, plus tôt dans la journée. Vers 5h du matin, un homme arrive sur les lieux et tire sur les policiers présents. Les forces de l'ordre répliquent et le tuent. En début de matinée, les enquêteurs annoncent que selon eux, cet homme est l'auteur des deux attaques meurtrières. Agé de 22 ans, il avait déjà été condamné pour avoir poignardé à plusieurs reprises un jeune homme de 19 ans.