Damien Echols, innocent, 18 ans dans le couloir de la mort

  • A
  • A
Damien Echols, innocent, 18 ans dans le couloir de la mort
Damien Echols a passé 18 ans dans le couloir de la mort dans l'Arkansas, pour un crime qu'il n'avait pas commis.@ REUTERS
Partagez sur :

RÉCIT - Condamné à mort pour un triple meurtre qu’il n’avait pas commis, l’Américain Damien Echols raconte son calvaire dans un livre.

L’INFO. Aujourd’hui encore, Damien Echols porte sur son corps les séquelles de son calvaire. Libéré en 2011 après 18 ans dans le couloir de la mort aux Etats-Unis pour un triple meurtre qu’il n’avait pas commis, cet Américain a la vue qui décline et les chevilles encore tordues par les chaînes. Dans "La vie après la mort", son livre publié en France jeudi, il raconte ce qu’il a vécu et dénonce le système judiciaire américain. Europe 1 l'a rencontré.

Un jeune marginal au look gothique. En mai 1993, West Memphis, dans l’Arkansas, est secouée par le meurtre de trois enfants de huit ans. Les corps, mutilés, sont retrouvés aux abords de la petite ville. La police locale soupçonne immédiatement trois jeunes marginalisés, issus des quartiers défavorisés : Jessie Misskelley Jr, Jason Baldwin et Damien Echols, qui a alors 18 ans. Le jeune homme au look gothique est dépeint, sans preuve, comme un démon assoiffé de sang. Il a beau plaider non coupable, il est malgré tout condamné à la peine de mort en un temps record. Ses deux complices écopent de la prison à vie.

Soutenu par Johnny Depp. Dans son livre, Damien Echols dénonce une justice de classe. Car sans l’aide des médias et de stars comme Johnny Depp ou Iggy Pop, il ne serait jamais sorti. "Si vous êtes pauvre, vous ne pouvez pas vous défendre. Nous avons dû payer nous-mêmes les tests ADN à la place de l’Etat. La plupart des gens n’ont pas cet argent", souligne auprès d’Europe 1 celui qui a passé 18 ans derrière les barreaux. Les nouvelles preuves scientifiques disculpent les trois hommes, mais le bras de fer avec les autorités se poursuit.

Damien Echols et Johnny Depp

© REUTERS

Libéré mais pas innocenté. Car la justice américaine n’a jamais voulu reconnaître son erreur. Ce n’est qu’après avoir conclu un accord, dans lequel il s’engage notamment à ne jamais la poursuivre, que Damien Echols a pu être enfin libéré en 2011. Aux yeux de la justice, lui et ses deux "complices", également libérés, sont toujours coupables. Pire : "ils ont tous été promus : le procureur est devenu juge, le juge été élu sénateur", dénonce Damien Echols, qui vit désormais dans le Massachussetts. 

Un système "corrompu". Pour lui, "même si on supprime la peine de mort, le système sera toujours corrompu". "Dieu seul sait combien d’innocents sont en prison. Des affaires comme la mienne arrivent tous les jours", se désole-t-il. Aux Etats-Unis, où les procureurs sont élus et n’ont que peu d’intérêt à rouvrir une enquête, 87 erreurs judiciaires ont été réparées en 2013. Pour Damien Echols, ce n’est qu’un début. 

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

OKLAHOMA - Faute de produit, les exécutions sont reportées

DÉBAT - Les USA vont-ils revenir au peloton d'exécution ?

ERREUR JUDICIAIRE - Innocenté après 30 ans dans le couloir de la mort