"Cruauté la plus vile" dans les prisons du régime en Syrie, selon Amnesty

  • A
  • A
"Cruauté la plus vile" dans les prisons du régime en Syrie, selon Amnesty
Un policier syrien. Image d'illustration.@ LOUAI BESHARA / AFP
Partagez sur :

En se basant sur le témoignage de 65 ex-détenus, Amnesty dénonce des actes de torture "généralisés" et des "crimes contre l'humanité".

Électrocutions, brûlures à l'eau bouillante, viols : le régime syrien a eu recours sur une "grande échelle" à la torture dans ses prisons où plus de 17.700 détenus ont péri en cinq ans de guerre, a indiqué jeudi Amnesty en dénonçant "une cruauté sous sa forme la plus vile".

Crimes contre l'humanité. 65 récits d'ex-détenus qui ont croupi dans les prisons des services de renseignement du régime et dans la prison militaire de Saydnaya près de Damas ont été recueillis par Amnesty International. Les actes de torture y sont "généralisés et systématiques contre tous les civils soupçonnés d'être contre le régime", a ajouté dans son rapport l'ONG basée à Londres en dénonçant des "crimes contre l'Humanité".

300 décès par mois, un chiffre sous-estimé. Au moins 17.723 prisonniers sont morts en détention depuis le début de la guerre en mars 2011, soit, en moyenne, plus de 300 décès par mois, d'après l'ONG. Mais selon elle, les chiffres réels sont bien plus élevés en citant des dizaines de milliers de disparitions forcées.

Violé devant son père. Les anciens détenus ont raconté de sinistres rituels à Amnesty, notamment "la fête de bienvenue", durant laquelle les nouveaux détenus sont "roués de coups" au moyen de barres de fer, de plastique ou de câbles électriques. Autres sévices : décharges électriques, brûlures à l'eau bouillante et viols. Omar S. a raconté qu'un gardien avait contraint deux hommes à se déshabiller et avait ordonné à l'un de violer l'autre, le menaçant de mort s'il n'obtempérait pas. Saïd, un militant antirégime, a affirmé avoir été violé, devant son père, à l'aide "d'une matraque électrique" en étant suspendu d'un seul bras et en ayant les yeux bandés.

Des morts par asphyxie. La plupart des victimes d'exactions "ont raconté avoir vu des personnes mourir en détention, et certaines ont affirmé s'être retrouvées avec des cadavres dans leur cellule", selon l'ONG de défense des droits de l'Homme. Un ex-détenu "raconte qu'un jour la ventilation avait cessé de fonctionner et que sept personnes étaient mortes étouffées" dans des centres de détention surpeuplés, selon Amnesty. À Saydnaya, où il fait très froid l'hiver, les détenus sont maintenus pendant des semaines dans des cellules souterraines sans couverture, selon le rapport. Salam, un avocat d'Alep détenu deux ans à Saydnaya, a déclaré que "des gardiens avaient battu à mort un entraîneur de kungfu et cinq autres détenus. Puis ils ont passé à tabac 14 autres, tous morts en une semaine. On voyait le sang couler de leur cellule."