Crise du Golfe : le Qatar cherche des indemnisations pour "le blocus" de ses voisins

  • A
  • A
Crise du Golfe : le Qatar cherche des indemnisations pour "le blocus" de ses voisins
Les requêtes potentielles de Qatar Airways, de banques ou d'individus relatives au "blocus" seraient poursuivies localement et devant des tribunaux étrangers@ KARIM JAAFAR / AL-WATAN DOHA / AFP
Partagez sur :

L'émirat gazier affirme que des milliers de Qatariotes, notamment des étudiants, ont été affectés par le blocus imposé par l'Arabie saoudite et ses alliés.

Le Qatar a annoncé dimanche la mise en place d'un comité chargé de réclamer à ses voisins du Golfe des indemnisations pouvant atteindre plus d'un milliard de dollars pour le "blocus" qu'ils lui imposent depuis cinq semaines.

Les demandes vont être étudiées. Le Comité des demandes d'indemnisations devrait traiter des cas concernant de grandes compagnies, dont Qatar Airways, ou des étudiants expulsés des pays où ils étaient inscrits, a déclaré le procureur général du Qatar, Ali ben Fetais al-Marri, lors d'une conférence de presse à Doha. "Le Comité va recevoir toutes les réclamations émanant du secteur public, du secteur privé ou de particuliers", a ajouté le procureur général. Les requêtes potentielles de Qatar Airways, de banques ou d'individus relatives au "blocus" seraient poursuivies localement et devant des tribunaux étrangers, y compris à Paris et à Londres, a-t-il encore dit.

Une grave crise diplomatique et économique. La région du Golfe est plongée dans une profonde crise diplomatique depuis que l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn ont, en même temps que l'Égypte, rompu le 5 juin avec Doha et pris des sanctions économiques contre le riche émirat gazier, qu'ils accusent de soutenir le "terrorisme" et de se rapprocher de l'Iran chiite, rival régional du royaume saoudien. Ils ont demandé aussi le renvoi des ressortissants qataris vivant sur leur territoire et le rappel de leurs propres ressortissants du Qatar dans un délai de 14 semaines.

Des milliers de Qatariotes affectés. Doha a affirmé que des milliers de Qatariotes avaient affectés par ces sanctions qui, selon le comité national des droits de l'Homme, constituent une violation des droits de quelque 140 étudiants qataris inscrits aux Émirats, en Arabie saoudite et à Bahreïn.

Le Qatar avait nié les accusations de ses adversaires et rejeté une liste de 13 demandes qu'ils lui ont soumise le 22 juin par l'intermédiaire du médiateur koweïtien et exigeant de l'émirat notamment de fermer la chaîne Al-Jazeera et une base militaire turque et de réduire ses relations avec l'Iran.