Crise des Rohingyas : mais pourquoi Aung San Suu Kyi ne réagit-elle pas ?

  • A
  • A
Partagez sur :

La dirigeante birmane, prix Nobel de la paix, est vivement critiquée pour sa gestion de la crise des Rohingyas, cette minorité persécutée dans le pays.

Une crise sans précédent. Et un silence, de plus en plus pesant. Depuis fin août, plus de 379.000 membres de la minorité musulmane des Rohingyas se sont réfugiés au Bangladesh voisin de la Birmanie pour fuir une campagne de répression de l'armée birmane consécutive à des attaques de rebelles rohingyas. Et des milliers d'autres seraient toujours sur les routes. "Un nettoyage ethnique", selon le Conseil de sécurité de l'ONU qui a réclamé mercredi à la Birmanie "des pas immédiats" pour faire cesser une "violence excessive".

Des critiques balayées par Aung San Suu Kyi, la dirigeante birmane depuis 2015 et prix Nobel de la paix, qui a fait savoir qu'elle sortirait publiquement de son silence le 19 septembre. Mais comment expliquer jusque-là son quasi mutisme et son inaction face à la crise humanitaire qui ronge son pays ? Et pourquoi a-t-elle été jusqu'à nier le terme de "nettoyage ethnique" ?

Car son pouvoir est limité... Pour Olivier Guillard, chercheur à l'Iris et spécialiste de la région, interrogé fin août par le magazine Marianne, la raison de son attitude est politique. Si Aung Saan Suu Kyi ne réagit pas, pour l'heure, c'est parce que son pouvoir est limité. "La dirigeante n'a pas la main sur les questions militaires", explique-t-il. "La Constitution de 2008 confère une place importante à l'armée (...)Tout ce qui a trait à la défense du pays et aux sujets sécuritaires n'est donc pas entre les mains d'Aung San Suu Kyi, en dépit du fait que la population l'ait portée au pouvoir", souligne-t-il.

...et très fragile. Or déplaire à l'armée pourrait remettre en cause son maintien au pouvoir, souligne Alexandra de Mersan, ethnologue et maître de conférence à l'Institut national des langues et civilisations orientales interrogée sur Franceinfo. "Aung San Suu Kyi est donc obligée de composer avec les forces de l'armée au risque que l'armée reprenne le pouvoir. Aujourd'hui, la Birmanie a un gouvernement à deux têtes et la marge de manœuvre d'Aung San Suu Kyi est étroite. Elle ne peut pas se mettre à dos l'armée", précise la spécialiste.

Car elle craint de braquer l'opinion birmane. La dirigeante birmane craint également de froisser l'opinion birmane qui, selon Olivier Guillard, "se moque complètement de la situation des Rohingyas". Cela s'explique par le découpage ethnique du territoire. Les deux tiers du pays appartiennent au groupe Bamar. Ces derniers considèrent que les Rohingyas ne sont pas des "vrais Birmans", souligne le spécialiste sur Franceinfo. "Ils les méprisent et les traitent comme des Intouchables", ajoute-t-il sur Franceinfo. Ils sont traités comme des étrangers en Birmanie. Aussi, soutenir cette minorité, haïe par une partie du pays, est un risque pour la dirigeante de se mettre à dos une partie de son électorat.

Pour autant, Aung San Suu Kyi n'a pas toujours nié le problème des Rohingyas. L'an dernier, elle avait nommé une commission spéciale, la commission Kofi Annan, pour faire un état des lieux de la situation dans la région du pays dans laquelle vit cette minorité.