Crash : une erreur du pilote ?

  • A
  • A
Crash : une erreur du pilote ?
@ REUTERS
Partagez sur :

Les premiers éléments de l’enquête privilégient la piste d’une erreur de pilotage de l’avion polonais.

Le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, a demandé samedi aux enquêteurs de trouver "au plus vite" les causes de l'accident de l'avion dans lequel le président polonais Lech Kaczynski a péri près de Smolensk, dans l'ouest de la Russie.

Les enregistrements de la tour de contrôle saisis confirment ce qu'ont enregistré les boîtes noires. L'analyse des conversations entre les pilotes de l'avion présidentiel polonais et les aiguilleurs russes permet d'exclure la thèse d'un accident dû à un problème technique, a déclaré dimanche le chef du comité d'enquête du Parquet russe.

De son côté, le vice-Premier ministre russe, Sergueï Ivanov, a indiqué lundi que toutes les données de vol de l'avion étaient intactes et confirmé que l'équipage avait bien reçu l'alerte sur les conditions météorologique difficiles.

Un avion désuet et un aéroport inadapté

Un avion vieux de 35 ans, un aérodrome qui n’est pas aux normes internationales et un fort brouillard. Autant d’ingrédients d’une catastrophe annoncée, mais qui aurait pu être évitée. Car c’est surtout la volonté des pilotes d’atterrir malgré des conditions difficiles qui serait à l’origine de la catastrophe, comme l’analyse Bernard Chabbert, journaliste spécialiste de l’aviation.

"Les contrôleurs avaient suggéré à l’équipage de se dérouter vers Minsk ou Moscou", explique-t-il :

L’erreur de pilotage, scénario privilégié

Les autorités russes estiment qu'une erreur des pilotes pourrait être à l'origine de la catastrophe. "A une distance d'un kilomètre et demi, les aiguilleurs du ciel ont découvert que l'équipage augmentait sa vitesse de descente et commençait à réduire son altitude de façon plus importante que l'angle d'approche", a expliqué le commandant-ajoint de l'état-major des forces aériennes russes, Alexandre Aliochine.

"L'aiguilleur du ciel a ordonné à l'avion de voler de façon horizontale, et quand l'équipage n'a pas obéi, a ordonné plusieurs fois au commandant d'aller sur un autre aéroport. En dépit de cela, les pilotes ont continué à descendre", a-t-il ajouté. Rien n'indique pour le moment que les pilotes de l'avion aient subi des pressions pour atterrir malgré le mauvais temps, a déclaré lundi le procureur général de Pologne, Andrzej Seremet. Cette thèse est évoquée par plusieurs médias polonais.

Le comité d'enquête du Parquet russe a annoncé dans un communiqué l'ouverture d'une enquête sur de "possibles violations des règles de sécurité aériennes ayant entraîné la mort" de nombreuses personnes.