Crash : Hollande et Porochenko n'accepteront "aucune entrave" à l'enquête

  • A
  • A
Crash : Hollande et Porochenko n'accepteront "aucune entrave" à l'enquête
@ MaxPPP
Partagez sur :

L'Elysée a publié un communiqué samedi, à l'issue d'un entretien entre les présidents français et ukrainien.

François Hollande et le président ukrainien Petro Porochenko n'acccepteront "aucune entrave au travail des enquêteurs" et soulignent "l'importance cruciale" de "preuves indiscutables" pour élucider l'accident de l'avion malaisien en Ukraine, a indiqué samedi l'Elysée dans un communiqué publié à l'issue d'un entretien entre les deux hommes. Les deux chefs d'Etat ont souligné "l'importance cruciale d'établir des preuves indiscutables des faits".

LIRE AUSSI - Crash en Ukraine : conserver la zone intacte, un défi

"Dans ce but, aucune entrave du travail des enquêteurs de l'OACI ou des observateurs de l'OSCE ne peut être tolérée" "Comme l'a demandé l'Onu, ils doivent procéder sans délai à l'enquête internationale qui établira la vérité", ajoute ce communiqué, qui précise que les deux chefs d'Etat "sont convenus de poursuivre leur travail commun et de rester en contact étroit".Depuis le Tchad, le président français avait insisté un peu plus tôt samedi sur la nécessité d'avoir des "certitudes" et non "des hypothèses" dans cette enquête. 

>> LIRE AUSSI : Crash du MH17 : la sécurité aérienne a-t-elle failli ?

De leur côté, Kiev et Kuala Lumpur ont dénoncé l'altération d'indices sur le site de l'accident de l'avion malaisien, sous contrôle rebelle dans l'est de l'Ukraine, témoignant des difficultés auxquelles va se heurter l'enquête sur la chute de l'appareil probablement abattu par un missile. Le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond, a regretté samedi "un soutien insuffisant de la part des Russes" dans l'enquête. Le Premier ministre des Pays-Bas, Mark Rutte, a demandé que le président russe Vladimir Poutine facilite l'accès au site.