Crash en Libye : un enfant a survécu

  • A
  • A
Crash en Libye : un enfant a survécu
@ REUTERS
Partagez sur :

103 personnes ont péri mercredi matin. Parmi les victimes : une Française de 32 ans.

Un jeune Néerlandais de huit ans est le seul survivant du crash d'un avion, mercredi matin, à l'aéroport de Tripoli, la capitale de la Libye. A bord de cet appareil, un A330, se trouvaient au total 104 personnes, dont 93 passagers.

Le petit garçon miraculé souffre de fractures et a été opéré mercredi en début d'après-midi. Mais ses jours "ne sont pas en danger", a assuré le ministre des Transports libyen. Les autorités étudient la possibilité qu'il soit pris en charge rapidement aux Pays-Bas.

Les victimes sont en majorité des touristes néerlandais mais la France a annoncé aussi la mort d'une ressortissante, une jeune femme qui fêtait ses 32 ans. Emilie Poucan, une ancienne athlète, était attachée de presse d'Amaury Sport Organisation, propriétaire notamment du Tour de France cycliste et du rallye Dakar.

Un crash à l'atterrissage

Le crash du vol 8U771 d'Al Afriqiyah Airways, en provenance de Johannesburg, s'est produit alors que l'appareil s'apprêtait à atterrir. "L'avion a pris feu juste avant l'atterrissage" puis il "a explosé à l'atterrissage et s'est totalement désintégré", a raconté une source au sein des services de sécurité de l'aéroport de Tripoli.

Les images de la chaîne libyenne Lybia TV :

Ce n'est pas un attentat

Les causes de ce crash restent encore inconnues, les conditions météorologiques étant bonnes mercredi matin à Tripoli avec un ciel légèrement nuageux. "Nous écartons de manière définitive l'hypothèse que le crash soit le résultat d'un acte terroriste", a aussi indiqué le ministre des Transports libyen.

Les boîtes noires de l'appareil ont été récupérées. Le Bureau enquêtes accident (BEA) a annoncé qu'il allait envoyer une équipe d'enquêteurs techniques à Tripoli dans les prochaines heures, accompagnée par des ingénieurs d'Airbus.

L'A330 était en service depuis septembre dernier. Il avait subi tous les contrôles de sécurité requis avant son départ de Johannesburg, a assuré l'entreprise chargée de gérer les affaires d'Al Afriqiyah en Afrique du Sud.