Crash en Egypte : de nouveaux éléments sur la piste d'un attentat

  • A
  • A
Crash en Egypte : de nouveaux éléments sur la piste d'un attentat
Partagez sur :

Le Royaume-Uni va rapatrier les touristes britanniques présents à Charm el-Cheikh. Lufthansa cesse ses vols à destination de Charm el-Cheikh.

L'ESSENTIEL

Cinq jours après le crash de l'Airbus A321 de la compagnie russe Metrojet dans le désert du Sinaï, la piste d'un attentat semble se confirmer, selon les informations données par Londres. Le Kremlin a réagi.

LES INFOS A RETENIR

- Londres annonce qu'il y a une "probabilité importante" que l'Etat islamique soit responsable de la catastrophe aérienne.

- Lufthansa cesse ses vols à destination de Charm el-Cheikh.

- La Grande-Bretagne prépare des mesures d'urgence pour rapatrier les touristes britanniques de Charm el-Cheikh.

Une "probabilité importante". Il y a une "probabilité importante" que l'Etat islamique soit responsable de la catastrophe aérienne qui a fait 224 morts samedi dans le Sinaï, a estimé jeudi le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond. "L'EIIL-Sinaï a revendiqué la responsabilité du crash de l'avion russe. Ils l'ont fait juste après la catastrophe. Nous avons examiné l'ensemble des informations, dont cette revendication, mais aussi beaucoup d'autres, et avons conclu que c'est hautement probable", a-t-il déclaré sur l'antenne de Sky TV.

Citant un responsable américain sans le nommer, la chaîne d'information américaine CNN a rapporté de son côté que le crash est vraisemblablement imputable à une bombe posée par l'organisation Etat islamique ou par un groupe affilié. 

Moscou parle de spéculations. Le Kremlin a régi jeudi matin, qualifiant de "spéculations" toute hypothèse sur les raisons du crash de l'Airbus A321 en Egypte. "Toutes les versions sur ce qui s'est passé et les raisons pour lesquelles c'est arrivé doivent être présentées par les enquêteurs, et nous n'avons entendu aucune annonce des enquêteurs pour l'instant", a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov lors d'une conférence de presse, ajoutant que "toutes les autres explications ne sont que des spéculations".

En Egypte, on reste prudent. Le ministre égyptien de l'Aviation civile a affirmé jeudi que les enquêteurs "n'avaient pas encore de preuve ni de données confirmant l'hypothèse" que l'explosion d'une bombe est à l'origine du crash de l'avion. "L'hypothèse d'une détonation dans l'avion russe n'est pas basée sur des faits" et "l'Egypte tient à ce que l'enquête soit intègre et minutieuse afin de permettre d'établir les faits aux yeux du monde entier pour préserver la sécurité et la sûreté de l'aviation civile dans le monde", poursuit le ministre Hossam Kamal cité dans un communiqué de son cabinet.
Metrojet n'exploite plus les A321. De son côté, la compagnie russe Kogalymavia/Metrojet, n'a pas commenté la probabilité d'un attentat mais a annoncé qu'elle allait suspendre l'exploitation des A321 pour procéder à de nouvelles vérifications. c'est ce que rapportait, jeudi, l'agence de presse RIA, citant l'aviation civile russe.

Des mesures de rapatriements. Dans ce contexte d'extrême tension, le Royaume-Uni travaille avec les autorités égyptiennes pour mettre en place des mesures "d'urgence" afin de rapatrier les touristes britanniques présents à Charm el-Cheikh, a annoncé jeudi le ministre des Affaires étrangères britannique Philip Hammond. Londres a suspendu mercredi soir par précaution les vols entre Charm el-Cheikh et le Royaume-Uni. Ces mesures devraient être en place d'ici à vendredi.
Le chef de la diplomatie britannique a également indiqué que des mesures étaient à l'étude pour la reprise des vols entre Charm el-Cheikh et le Royaume-Uni, mais M. Hammond n'a pas précisé quand elles interviendraient. "Je ne peux pas dire si on parle en termes de jours, de semaines ou de mois", a-t-il dit. "Nous espérons réellement qu'il sera possible, avant le rush de Noël et du Nouvel an, de considérer Charm el-Cheikh comme sûr".

Lufthansa cesse ses vols vers Charm el-Cheikh. Le géant allemand de l'aviation Lufthansa a annoncé jeudi l'interruption "par précaution" des vols du groupe à destination de Charm el-Cheikh (Egypte). Il s'agit de deux vols hebdomadaires exploités par les compagnies Edelweiss et Eurowings, filiales de Lufthansa, selon un communiqué du groupe. La compagnie aérienne va organiser avec le ministère allemand des Affaires étrangères le rapatriement de ses clients bloqués en Egypte.