Crash d'un Boeing 777 à San Francisco
© Reuters

L'accident a fait deux morts et 180 blessés. En cause : peut-être la vitesse trop lente de l'avion.   

Le crash. Deux personnes ont été tuées et 180 autres hospitalisées après qu'un Boeing 777 de la compagnie sud-coréenne Asiana Airlines a raté son atterrissage et pris feu samedi à San Francisco. Les deux morts sont de nationalité chinoise.

Selon des passagers et des témoins, l'appareil a essayé de reprendre de l'altitude juste avant de se poser sur l'aéroport de San Francisco Bay, mais sa queue s'est brisée en heurtant le sol et il s'est écrasé un peu plus loin en laissant une traînée de débris sur la piste. Un incendie s'est aussitôt déclaré.


La vitesse en cause ? Selon les premières informations obtenues par l'examen de la boîte noire par l'organisme américain chargé de la sécurité des transports, l'équipage a tenté d'accélérer l'appareil et d'empêcher son atterrisage, quelques secondes avant qu'il heurte le sol. La National Transportation Safety Board (NTSB) a précisé qu'aucune anomalie n'était signalée sept secondes avant l'atterrissage forcé, mais que l'avion volait bien plus lentement que la vitesse normale.  

Deux morts et 180 blessés. Le Boeing 777 d'Asiana Airlines, en provenance de Séoul, transportait 291 passagers et 16 membres d'équipage, dont 77 Sud-Coréens et 61 Américains. La plupart d'entre eux ont pu évacuer l'appareil avant que l'incendie ne prenne de l'ampleur, mais les pompiers ont fait état de deux morts et quelque 180 blessés. Après la confusion qui a suivi le crash, tous les passagers ont désormais été localisés, a précisé le maire de San Francisco, Ed Lee.

Les images diffusées par les chaînes de télévision montrent le fuselage calciné de l'avion, dont l'empennage s'est détaché. On voit par ailleurs l'intérieur du compartiment passagers, totalement calciné.  


"Il volait un peu trop bas". "Je connais bien l'aéroport et j'ai réalisé que le pilote volait un peu trop bas, trop vite et qu'il n'allait pas pouvoir se poser à temps", raconte un passager, Benjamin Levy, à la chaîne NBC. "Il a remis les gaz et a essayé de reprendre de l'altitude, mais c'était trop tard et on a heurté brutalement la piste, rebondi, et tapé à nouveau très fort."

Même témoignage de la part de Xu Da, un passager chinois rescapé. Après avoir "senti un choc", "les masques à oxygène sont tombés et une odeur nauséabonde a commencé à se répandre dans la cabine. Je pouvais voir aussi des étincelles venant de l'avant de l'appareil", se souvient Xu Da.

Après l'atterrissage, la cabine de l'avion était dans un "grand désordre", l'arrière de l'avion présentait un grand trou et la cuisine avait disparu. Le passager et sa femme ont récupéré leurs bagages à main et sont sortis par l'arrière.

Premier accident mortel d'un B777. Fondée il y a 25 ans et membre du groupe Star Alliance, Asiana a déjà perdu deux autres appareils, un Boeing 747 cargo qui s'était écrasé en mer après avoir décollé de Séoul il y a deux ans, et un vol intérieur qui avait raté un atterrissage d'urgence dans des conditions climatiques difficiles en 1993, tuant 66 personnes.

C'est la première fois, en revanche, qu'un B-777, un long courrier mis en service par Boeing en 1995, est impliqué dans un accident mortel.