Costa : l'Allegra change de cap

  • A
  • A
Costa : l'Allegra change de cap
@ REUTERS
Partagez sur :

Le thonier qui remorque le navire de croisière va finalement rejoindre l'île de Mahé et non Desroches.

Le lent remorquage du Costa Allegra a commencé dans la nuit de lundi à mardi, aux alentours de 3h30. Le Trévignon, un thonier senneur français de 80m a pris en charge le navire de croisière, qui, après un incendie dérivait au large des Seychelles avec plus de 1.000 personnes à bord. Un autre thonier français, ainsi que d'autres navires de commerce font également route vers le Costa Allegra.

Il va être remorqué jusqu'à l'île de Mahé. La capitale des Seychelles a été finalement préférée à l'île Desroches, située à 240 km plus au sud-ouest. Costa croisières justifie dans un communiqué mardi midi ce changement de cap : "le débarquement sur l'île de Desroches ne garantirait pas les conditions de sécurité nécessaires et adéquates pour l'arrivée du navire et le débarquement des passagers", indique-t-il.

"Supports logistiques pas suffisants" à Desroches

"En outre, les supports logistiques et hôteliers sur l'île ne sont pas suffisants : cela rendrait nécessaire, immédiatement après le débarquement des passagers à l'aide de chaloupes, un transfert immédiat avec des ferries de Desroches à Mahé", poursuit le communiqué du croisiériste.

Le remorquage s'effectue à une vitesse de 3 ou 4 nœuds pour le moment, mais Costa croisière précise que "deux remorqueurs sont en train d'arriver à proximité du paquebot et qui permettront d'augmenter sa vitesse".

Du coup, le Costa Allegra est attendu jeudi matin à Mahé, où le millier de passagers et d'équipage pourra débarquer.

Présentation du Costa Allegra :

Générateurs endommagés

"Un incendie s'est déclaré dans la matinée de lundi. Les pompiers l'ont rapidement éteint, mais il a endommagé les générateurs", a expliqué Giorgio Moretti, directeur des opérations maritimes de Costa croisières.

Plus de 1.000 personnes étaient bloquées sur les ponts du Costa Allegra, après l'incendie en plein Océan indien. "Il n'y a ni morts ni blessés", a indiqué la compagnie italienne, qui s'est voulue rassurante.

"Il n'y a pas de risque de piraterie, mais l'on n'est jamais sûr à 100%", a déclaré le commandant Giorgio Moretti, directeur des opérations maritimes de Costa Croisières. Pas de risque non plus selon lui que le navire heurte des rochers car il est très au large.

Cuisines fermées, climatisation à l'arrêt

Pour autant, le confort est sommaire au sein du Costa Allegra. Selon le commandant Moretti, le navire dispose avec ses batteries de secours de l'électricité nécessaire pour faire fonctionner juste les lumières à bord, mais n'a pas la climatisation, les cuisines sont fermées et les hélices immobiles.

Alors que le commandant du navire a déclenché l'alarme maximum, les passagers ont été regroupés sur les ponts supérieurs du navire. "On leur fournit du pain, de l'eau. La situation est tranquille", a-t-il affirmé. Un hélicoptère a apporté mardi matin nourriture et téléphones satellitaires aux passagers.

"Le temps est bon et les passagers ont été invités à préparer leurs bagages dans le courant de la journée pour être prêts quand le moment sera venu de débarquer", poursuit le communiqué de l'armateur.

Plus de 1.000 passagers

Parti samedi de Madagascar, le bateau de croisière de 188 mètres de long, avec à son bord 636 passagers - de 25 nationalités différentes, essentiellement des Italiens, des Français et des Autrichiens - et 413 membres d'équipage, se dirigeait vers les Seychelles, et devait se rendre ensuite à Oman puis en Egypte. Il dérivait à environ 200 milles au sud-ouest des Seychelles, et à 20 milles d'Alphonse Island.

Cet incident intervient un mois et demi après le naufrage du Costa Concordia qui a fait 32 morts, à proximité de l'île italienne du Giglio, le 13 janvier. Il survient au plus mauvais moment alors que les plaintes affluent de toutes parts pour le naufrage du Concordia, propriété comme l'Allegra de Costa croisières, filiale du géant américain Carnival.

Attaques en série contre Costa

Rien qu'aux Etats-Unis, 39 passagers du paquebot qui ont déposé une plainte à Miami contre le croisiériste américain Carnival réclament plus de 520 millions de dollars de dommages et intérêts, a indiqué l'avocat des naufragés.

De nombreuses autres plaintes ont été déposées aussi bien en France qu'en Italie ou en Allemagne, aussi bien au civil qu'au pénal, contre le commandant du navire, d'autres officiers du Concordia et trois responsables à terre de Costa Croisières.