Corée du Nord : un missionnaire australien libéré

  • A
  • A
Corée du Nord : un missionnaire australien libéré
@ Reuters
Partagez sur :

PROSÉLYTISME - Le jour de l'anniversaire de Kim Jong-Il, John Short, 75 ans, avait distribué des tracts chrétiens près d'un temple bouddhiste.

L'INFO. Un peu de "mansuétude" de la part de Kim Jong-Un. La Corée du Nord a libéré lundi un missionnaire australien arrêté le mois dernier. John Short était accusé par Pyongyang de faire la promotion du christianisme. Âgé de 75 ans, il a été récupéré à l'aéroport de Pékin par un véhicule de l'ambassade australienne. La Corée du Nord a décidé de l'expulser, en partie pour tenir compte de son âge, précise l'agence d'informations officielle.

Joyeux anniversaire ... Le vieil homme était accusé par Pyongyang d'avoir commis un crime en distribuant "secrètement" des extraits de la Bible près d'un temple bouddhiste à Pyongyang le 16 février, jour anniversaire de naissance du dirigeant Kim Jong-Il. Ce jour est férié en l'honneur du père de Kim Jong-Un, l'actuel dictateur.

John Short a reconnu avoir été en infraction avec les lois nord-coréennes et s'est excusé, indique l'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA. Elle a diffusé des photos de lui en train de rédiger une confession manuscrite de trois pages et d'utiliser de l'encre rouge pour marquer chaque page de l'empreinte de son pouce.

Confession forcée. "Je regrette profondément ce que j'ai fait en diffusant mes tracts de la Bible le 16 février, anniversaire de son excellence Kim Jong-Il", a déclaré le missionnaire australien dans sa confession écrite publiée par KCNA et datée du 1er mars. "J'ai conscience que les médias des Etats-Unis et des pays occidentaux, qui disent que la République populaire démocratique de Corée est un pays fermé et n'a pas de liberté religieuse, se trompent", écrit John Short dans sa confession, sûrement forcée. 

Pyongyang détient depuis plus d'un an un autre missionnaire, l'Américain Kenneth Bae, qui a été condamné en mai 2013 à quinze ans de travaux forcés pour tentative de renversement du régime. Les efforts de Washington pour le faire libérer ont échoué. Le basketteur Dennis Rodman, un proche de Kim Jong-Un, n'a pas voulu s'impliquer dans les discussions.

sur le même sujet, sujet,

L'INFO - Les deux Corées discutent à nouveau

ÉCHEC - La Corée du Nord annule une visite américaine

LE CHIFFRE - 1.500 Nord-Coréens ont fui au Sud en 2013

EN IMAGES - "Bienvenue" dans les camps de travail 15 et 16