Corée du Nord : la communauté internationale appelle au calme

  • A
  • A
Corée du Nord : la communauté internationale appelle au calme
Partagez sur :

La Corée du Nord a testé une salve de missiles samedi au mépris des résolutions de l'ONU.

La communauté internationale multiplie les appels au calme. A l'instar deParis qui "appelle la Corée du Nord à s'abstenir de toute nouvelle provocation et à mettre en oeuvre sans délai les résolutions du Conseil de sécurité", les Etats-Unis ont invité Pyongyang à ne pas aggraver les tensions et à reprendre les discussions sur sa dénucléarisation.

La Corée du Nord a procédé samedi à sept tirs de missiles, sans doute de type Scud. Ces essais "portent atteinte à la sécurité et à la stabilité régionales et constituent une violation des résolutions 1718 et 1874 du Conseil de sécurité", écrit encore dans un communiqué le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

Ces tirs ont aussi été condamnés par la Russie, la Grande-Bretagne, le Japon et la Chine dont le porte-parole de la diplomatie a dit dimanche espérer "que toutes les parties feront preuve de calme et de retenue et garantiront la paix et la stabilité dans la région".

Depuis plusieurs mois, la tension ne cesse de monter dans la région. Cette semaine, la Corée du Nord a réalisé plusieurs tirs-tests, mais avec des missiles de plus courte portée. En mai dernier, le régime de Pyongyang avait procédé au deuxième essai nucléaire de son histoire.

Autre élément à prendre en compte: les Etats-Unis célèbraient samedi, le 4 juillet, la fête de l’Indépendance. "Les missiles qui ont été tirés le 2 juillet pouvaient être considérés comme faisant partie d'un exercice militaire, mais ceux qui ont été tirés aujourd'hui poursuivent un objectif politique par le fait qu'ils interviennent avant la Fête de l'indépendance", a expliqué un responsable sud-coréen.

Les USA n'excluent pas la possibilité d'un tir à longue portée nord-coréen en direction de Hawaï. Le Pentagone prévient: le système de défense anti-missile américain aurait les moyens de l'intercepter, grâce notamment à ces intercepteurs terrestres en Alaska et en Californie.