Corée du Nord : l'ONU dénonce l'horreur des camps

  • A
  • A
Corée du Nord : l'ONU dénonce l'horreur des camps
@ Reuters
Partagez sur :

RAPPORT - Une Commission d'enquête de l'ONU a rendu lundi des conclusions sévères et appelle à saisir la Cour Pénale Internationale.

L'INFO. C'est le premier rapport de l'ONU à être aussi détaillé sur le sujet. D'après une Commission d'enquête des Nations unies, la Corée du Nord a commis et continue à commettre de nombreux crimes contre l'humanité. Dans les conclusions de ce rapport, le Conseil de sécurité est même appelé à saisir la Coup Pénale Internationale.

"La communauté internationale sait". Michael Kirby, président de la Commission d'enquête, a déclaré après la remise du rapport que la Communauté internationale savait désormais ce qui se passait en Corée du Nord. "Il n'y aura pas la possibilité d'excuser une défaillance d'action en disant : 'nous ne savions pas'", a-t-il asséné.

"Famines délibérées", "avortements forcés" et "torture". La Commission d'enquête estime que ces cinquante dernières années, "des centaines de milliers de prisonniers politiques ont péri dans des camps", "graduellement éliminés par des famines délibérées, le travail forcé, les exécutions, la torture, les viols et le refus des droits de reproduction appliqués par des punitions, des avortements forcés et des infanticides". D'après les enquêteurs, il y aurait encore à l'heure actuelle "80.000 à 120.000 prisonniers politiques", détenus "dans quatre grands camps". Le rapport évoque aussi les politiques des années 1990, utilisées à l'encontre de populations affamées, "pour soutenir le système politique, sachant que ces décisions aggraveraient la famine et la mort d'une grande partie de la population".

Des "centaines" des responsables. Les trois juristes composant la Commission mettent en garde contre "la réponse inadéquate" ces dernières années de la communauté internationale. D'après eux, des "centaines" de responsables nord-coréens pourraient être responsables des violations des droits de l'Homme et crimes contre l'humanité. Quant au numéro un du régime, Kim Jong-un, il a lui aussi "une grande part de responsabilité", selon Michael Kirby.

sur le même sujet, sujet,

L'INFO - Les deux Corées discutent à nouveau

ÉCHEC - La Corée du Nord annule une visite américaine

LE CHIFFRE - 1.500 Nord-Coréens ont fui au Sud en 2013

EN IMAGES - "Bienvenue" dans les camps de travail 15 et 16