Corée du Nord : anniversaire en grande pompe pour feu Kim Jong-Il

  • A
  • A
Corée du Nord : anniversaire en grande pompe pour feu Kim Jong-Il
@ KNS/KCNA/AFP
Partagez sur :

EN IMAGES - La Corée du Nord a célébré l'anniversaire de la naissance de son "cher leader", mort en décembre 2011.

Feux d'artifice, promotions dans l'armée et... natation synchronisée : en Corée du Nord, rien n'est trop beau pour célébrer l'anniversaire de la naissance de Kim Jong-Il, l'ancien dirigeant mort en décembre 2011 après avoir régné sur son pays pendant 17 ans.

La "Journée de l'étoile brillante". Le 16 février est, avec la date anniversaire de sa mort, ainsi que les dates anniversaire de naissance et de mort de Kim Il-Sung, son père, des jours de fête très importants en Corée du Nord. Pour l'occasion, Kim Jong-Un, fils du défunt "cher leader", a promu des dizaines d'officiers de l'armée et effectué une visite nocturne au mausolée qui abrite le corps embaumé de son père. 

A Pyongyang, un gigantesque feu d'artifice a aussi été tiré dans la soirée pour fêter cette date connu dans le pays sous le nom de "Journée de l'étoile brillante". 

Corée du Nord feu d'artifice - 1280-640

© KNS/KCNA/AFP

Allégeance et natation synchronisée. Dans la capitale, des milliers de membres du parti et de militaires se sont rassemblés dans un auditorium pour prêter allégeance à Kim Jong-Un. 



Des spectacles ont aussi été organisés, comme ce ballet de natation synchronisée.

Corée du Nord - 1280-640

© KNS/KCNA/AFP

"Crimes systématiques contre l'humanité". Pour l'occasion, l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch s'est elle aussi fendue d'un "hommage", en soulignant que Kim Jong-Il avait dirigé un gouvernement parmi les "plus cruels et répressifs" au monde. Pendant son règne, rappelle l'ONG, il a "présidé sur la pire famine qu'ait connu le pays et supervisé des crimes systématiques contre l'humanité". Mardi, la commission d'enquête de l'ONU sur les droits de l'Homme en Corée du Nord a établi que des crimes contre l'humanité avaient bien été commis dans le pays, mais pas de génocide. 

>> LIRE AUSSI - La main tendue de la Corée du Nord à la Corée du Sud