Copenhague : le point sur les deux fusillades

  • A
  • A
Copenhague : le point sur les deux fusillades
@ CLAUS BJORN LARSEN / AFP
Partagez sur :

LE RÉSUMÉ DES ÉVÉNEMENTS - L'auteur présumé des deux fusillades à Copenhague, qui ont fait deux morts, s'appellerait Omar El-Hussein.

L'enquête sur les deux fusillades qui ont eu lieu à Copenhague, samedi, progresse. L'auteur présumé des attaques, qui ont fait deux morts, aurait été identifié comme étant un Danois de 22 ans s'appelant Omar El-Hussein. Le suspect a été abattu par la police, dimanche matin. Il est soupçonné d'avoir voulu imiter les attentats de janvier à Paris. Une opération de police a par ailleurs eu lieu dimanche dans un cybercafé, peu après 16 heures, près du lieu où l'auteur présumé des attaques a été abattu. Selon les médias danois, au moins deux personnes ont été arrêtés.

>> A SUIVRE : Les évènements de Copenhague en direct

• Qui est l'auteur de ces fusillades ?

15.02 hamid.640

© AFP

L'auteur présumé de deux attaques meurtrières à Copenhague a été identifié comme étant un Danois de 22 ans. Il s'appellerait Omar El-Hussein, ont indiqué dimanche plusieurs médias danois et étrangers, qui ont diffusé une photo du jeune homme (voir ci-contre). Le suspect, abattu par la police dimanche dans la nuit, était sorti de prison. Il avait purgé une peine pour une agression, deux semaines avant les attaques qualifiées d'actes terroristes, a affirmé le journal danois Ekstra Bladet. Les enquêteurs auraient réussi à retrouver sa trace grâce aux vidéos de surveillance et grâce au témoignage d'un chauffeur de taxi qui l'aurait pris quelques heures après la première attaque.

Peu avant 16 heures, dimanche, la police a également mené une vaste opération dans un cybercafé, près du lieu où a été abattu l'auteur présumé des attaques, selon les médias danois. Selon la chaîne de télévision TV2, au moins deux personnes ont été arrêtées. 

>> LIRE AUSSI - Copenhague : "je croyais qu'on était un pays paisible"

• Où les fusillades ont-elles eu lieu ? 

Une première fusillade a éclaté, samedi vers 15h30 au centre culturel Krudttønden, au nord du centre-ville de Copenhague. Comme on peut l'entendre sur un enregistrement de la BBC, un homme a ouvert le feu avec un fusil-mitrailleur vers les dizaines de personnes assistant à un débat sur la liberté d'expression auquel participait un artiste suédois auteur d'une caricature de Mahomet, Lars Vilks. Un peu plus tard dans la soirée, aux alentours de 23h, des coups de feu ont retenti près d'une synagogue de Copenhague

14.02-copenhague.fusillade.1280_scalewidth_906

© La première fusillade a éclaté dans un centre culturel où se tenait un débat sur la liberté d'expression, en hommage à Charlie Hebdo. Un homme de 55 ans est mort dans cette attaque (AFP).

• Que sait-on sur les victimes ?

Lors de la première attaque, un homme de 55 ans, qui se trouvait à l'extérieur du centre culturel est mort. Il s'agit du réalisateur Finn Nørgaard qui a notamment travaillé sur les questions d'intégration. Trois policiers qui assuraient la surveillance du bâtiment ont été blessés mais ils sont hors de danger.

Dans la deuxième attaque, un homme de 37 ans est mort après avoir touché plusieurs fois à la tête. Selon une association communautaire juive, Dan Uzan était un juif qui surveillait les accès aux bâtiments pendant qu'une cérémonie avait lieu à l'intérieur.

• Qui était la cible au centre culturel ?

Lars-Vilks-640

© AFP

Plusieurs dizaines de personnes étaient présentes dans le centre culturel au moment du drame. Il y avait notamment l'ambassadeur français, François Zimeray qui a remercié, sur son compte Twitter, les policiers danois de lui avoir sauvé la vie. La chef de file des Femen, Inna Shevchenko, était également sur place pour évoquer la liberté d'expression. Mais la cible de cette attaque pourrait bien être Lars Vilks, un caricaturiste suédois

>> LIRE AUSSI - L'ambassadeur de France au Danemark raconte la fusillade

Lars Vilks a fait l'objet de plusieurs menaces et d'agressions depuis 2007. Cette année-là, il avait dessiné plusieurs caricatures du prophète Mahomet avec le corps d'un chien. Depuis six ans, il vit sous protection policière. Il n'a pas été blessé dans la fusillade. 

>> LIRE AUSSI - Un caricaturistes maintes fois menacé