Copenhague, c'est fini

  • A
  • A
Copenhague, c'est fini
Partagez sur :

Le sommet de l'ONU sur le climat s'est officiellement achevé samedi après-midi. Avec, à la clé, un accord très critiqué.

C’est sous les applaudissements que s’est officiellement achevé samedi vers 15h30 le sommet de Copenhague sur le climat. Après 13 jours de négociations, souvent âpres, l’ambiance était pourtant loin d’être festive. La montagne a accouché d’une souris : un accord a minima, de 3 pages seulement.

L'accord de Copenhague a en fait été mis au point vendredi soir, au bout de la nuit, par un groupe réduit comprenant les chefs d'Etat d'une trentaine de pays industrialisés et émergents. Puis la conférence plénière de la Convention climat de l'ONU en a "pris note". Une méthode moins engageante qu'une adoption formelle par consensus, mais c'était le minimum possible au regard de l'opposition de certains pays.

Que ce texte contient ? Il appelle les pays industrialisés et les pays en développement à affirmer leurs engagements de réduction de gaz à effet de serre par écrit d'ici à la fin janvier et prévoit des mécanismes garantissant la transparence de leur mise en oeuvre. Mais il ne fixe pas de date pour un "pic" au-delà duquel les émissions commenceraient à décroître. Il prévoit également 30 milliards de dollars à court terme, puis une montée en puissance pour arriver à 100 milliards de dollars d'ici à 2020, destinés en priorité aux pays les plus vulnérables afin de les aider à s'adapter aux impacts du dérèglement climatique.

Les opposants à ce projet le jugent trop vague et insuffisant. Tout comme les ONG, qui dénoncent l'indigence d'un texte où ne figurent pas d’objectifs chiffrés contraignants à 2020 ou 2050, ni de calendrier pour la signature d'un traité.

"Ce n'est peut-être pas tout ce que nous espérions, mais cette décision de la conférence des parties est une étape essentielle", a estimé le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. Un accord "significatif" et "sans précédent" sur le climat a été obtenu, mais les progrès enregistrés sont "insuffisants", a déclaré le président américain Barack Obama. Un accord vaut mieux qu'une absence d'accord", a fait valoir la Commission européenne. Seul le négociateur chinois Xie Zhenhua a estimé lui que la conférence avait débouché sur un résultat positif et que tout le monde devrait être heureux.

Tous les regards sont désormais tournés vers la prochaine réunion climat qui devrait se tenir à Bonn, en Allemagne, avant peut-être un nouveau sommet à Mexico à la fin de l’année. Le délégué sud-africain a cependant pris soin samedi d’insister pour que la réunion de Bonn ne se télescope pas avec… le Mondial de football en Afrique du Sud qui aura lieu du 11 juin au 11 juillet 2010.

> "Affligeant", "significatif" : les réactions à Copenhague

> DOSSIER SPECIAL : l'urgence à Copenhague

> Et après le sommet de Copenhague ?