Conflit en Géorgie : pour l’UE, les torts sont partagés

  • A
  • A
Conflit en Géorgie : pour l’UE, les torts sont partagés
Partagez sur :

"La Géorgie a déclenché la guerre", affirme un rapport remis à la Commission européenne, mercredi.

Un camouflet pour le président géorgien Mikhaïl Saakachvili, mais, également des accusations de "nettoyage ethnique" portées contre Moscou : le rapport d’enquête, commandé par l’Union européenne et publié mercredi sur les causes du conflit russo-géorgien de l’été 2008, reconnaît des torts partagés aux deux pays dans le déclenchement de l’affrontement.

"Du point de vue de la Commission, c'est la Géorgie qui a déclenché la guerre en attaquant Tskhinvali" dans la nuit du 7 au 8 août 2008, a affirmé Heidi Tagliavini, diplomate suisse chevronnée à la tête du groupe d’experts qui a rédigé le rapport. Cette conclusion tord ainsi le cou à la thèse défendue jusqu’ici bec et ongles par le président géorgien, qui a présenté son offensive comme un acte de "légitime défense".

Pour autant, la Russie ne sort nullement exonérée de l'enquête : le rapport reproche à Moscou d'avoir d'abord fait monter la tension avant le conflit dans la région par une série de "provocations", comme la distribution de passeports russes aux populations des deux provinces géorgiennes séparatistes d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie.

La contre-offensive russe, et l'invasion de la Géorgie, sont jugées non seulement disproportionnées, mais aussi "contraire à la Charte des Nations Unies et aux normes fondamentales du droit international".

La présidente de la commission d'enquête évoque des "indications sérieuses" montrant que des Géorgiens de souche ont été durant la guerre victimes de « nettoyage ethnique » dans leurs villages en Ossétie du Sud, avec l'aval tacite des forces armées russes.

Après la diffusion de ce rapport, les deux capitales se rejettent la faute : pour le ministère russe des Affaires étrangères, ce rapport prouve que la Géorgie est "coupable" du déclenchement du conflit, quand Tbilissi rétorque que le rapport ne contient "pas un seul mot disant que la Géorgie a déclenché la guerre".