Condamné à mort pour avoir laissé son fils mourir dans sa voiture ?

  • A
  • A
Condamné à mort pour avoir laissé son fils mourir dans sa voiture ?
Le père avait laissé son fils 7 heure dans une voiture au soleil@ Reuters
Partagez sur :

Un Américain pourrait risquer la peine de mort pour avoir laissé son fils de 22 mois pendant 7 heures dans une voiture au soleil.

Un Américain, accusé d'avoir entraîné la mort de son fils de 2 ans en le laissant seul dans une voiture pendant des heures en plein soleil, pourrait risquer la peine de mort, a indiqué un juge lors d'une audience jeudi. "Il s'agit d'une affaire où la peine de mort pourrait être envisageable", a déclaré le juge Frank Cox à l'issue de cette audience dans l'Etat de Géorgie, au Sud-Est des Etats-Unis. 

Il avait "oublié son fils". Selon la police, Justin Harris, 33 ans, a laissé le 18 juin dernier son fils Cooper, âgé de 22 mois, attaché dans un siège pour enfants à l'arrière de sa voiture pendant sept heures au soleil, alors qu'il travaillait. Justin Harris affirme avoir oublié que son fils se trouvait là et s'en être rendu compte uniquement après avoir repris sa voiture. Au bout de quelques minutes au volant, il explique s'être retourné, avoir vu son fils et appelé de l'aide. Mais le juge Cox a dit avoir du mal à comprendre que ce père a pu "monter en voiture et démarrer sans se préoccuper de l'état de son fils".

Des recherches internet tendancieuses. Au cours de l'audience de jeudi, un agent de police a raconté que le jour des faits, Justin Harris n'avait pas cessé d'envoyer des textos à caractère sexuel et des photos à "beaucoup de femmes", dont une mineure de 17 ans. De même, pendant les jours précédents, il aurait fait des recherches sur internet sur la façon de survivre en prison et regardé des vidéos sur des animaux qui agonisent dans des voitures garées au soleil.

Selon le même policier, Justin Harris et sa femme Leanna sont restés impassibles lorsqu'ils ont appris que leur enfant était mort. A l'inverse, le frère de Justin Harris, a assuré à la cour que ce dernier "aimait son fils". Le juge a refusé de le libérer sous caution.