Concordia : l'angoisse d'une famille

  • A
  • A
Concordia : l'angoisse d'une famille
@ MAXPPP
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE - Deux septuagénaires originaires d'Audeux sont toujours portés disparus.

À Audeux, petite commune de 500 habitants de la périphérie de Besançon, une famille est actuellement plongée dans l’angoisse. Depuis le naufrage du Concordia, les membres de cette famille sont sans nouvelles de Jeannette Gannard, 70 ans et de son frère Pierre-Grégoire, âgé de 69 ans. Ancienne gardienne d’enfants, la première est très connue dans son village où réside également l'un de ses fils. Ancien agent SNCF, son frère demeure lui à Besançon.

Aucune trace d'eux à Marseille

Quelques heures après le naufrage, la famille avait pourtant obtenu des nouvelles rassurantes en provenance du Quai d'Orsay. Dans un message, le ministère des Affaires étrangères précisait que les deux septuagénaires étaient en vie. La famille des disparus s'est rendue à Marseille samedi, mais elle n'a pas retrouvé traces des deux parents parmi le flot de rescapés en provenance d'Italie par bus. Pourtant, selon le croisiériste, les deux retraités figuraient bien sur la liste des rescapés.

Depuis, l'inquiétude a gagné cette famille. Cette croisière, c'était une première pour Jeannette Gannard. Son mari, plus âgé, avait préféré rester au village où le couple était installé depuis cinquante ans. A l'origine, cette croisière, Jeannette Gannard ne devait pas y participer. Les billets avaient été réservés de longue date par son frère qui devait partir avec son épouse mais celui-ci est, entre-temps, décédée.

Elle a élevé plusieurs générations d'enfants

A Audeux, l'émotion est vive car le couple était très apprécié. Jeannette Gannard est une ancienne nourrice et elle a élevé plusieurs générations d'enfants. "On aimait toujours bien discuter. C'est quelqu'un de très agréable, de très gentil. Même mes garçons sont sous le coup de l'émotion", témoigne une voisine au micro d'Europe 1.

Le maire d'Audeux recommande "la discrétion la plus totale" :

L'espoir de les retrouver vivants s'amenuise d'heures en heures et pourtant, le maire d'Audeux, Hugues Binétruy, veut y croire : "la volonté de la famille, c'est la discrétion la plus totale. Ces personnes sont considérées comme disparues donc il y a encore un espoir qu'elles soient vivantes." Selon les informations d'Europe 1, la famille envisage de porter plainte.