Compostelle : un hommage aux victimes du train

  • A
  • A
Compostelle : un hommage aux victimes du train
Pendant que les cloches sonnaient le tocsin, le prince héritier Felipe et son épouse Letizia ont remonté la nef jusque devant le grand autel central, aux riches dorures@ Reuters
Partagez sur :

PHOTO - Le prince héritier Felipe, son épouse Letizia et le Premier ministre Mariano Rajoy ont assisté à la cérémonie.

L'INFO. Toute la ville est encore sous le choc de la catastrophe. Saint-Jacques de Compostelle a rendu hommage lundi aux 79 morts dans l'accident de train, au cours d'une cérémonie solennelle dans la cathédrale de cette ville du nord de l'Espagne, un lieu de pèlerinage mondialement célèbre.

>>> A lire : Le conducteur a eu un moment de "distraction"

Au lendemain de la mise en examen du conducteur, Francisco José Garzon Amo, pour "79 faits d'homicide par imprudence", les familles des personnes tuées ont pris place dans la cathédrale pendant que des milliers de fidèles se massaient sur une place voisine, la place de Quintana, pour suivre la cérémonie sur un écran. Pendant que les cloches sonnaient le tocsin, le prince héritier Felipe et son épouse Letizia ont remonté la nef jusque devant le grand autel central, aux riches dorures. Le Premier ministre Mariano Rajoy, natif de cette ville de Galice, et de nombreux officiels assistaient aussi à la cérémonie, tous en habit noir de deuil.

>>> A lire : PORTRAIT : Le Français tué était jeune papa

La grande place de l'Obradoiro, face à la cathédrale, point d'arrivée du chemin de Saint-Jacques, où depuis jeudi les pèlerins déposaient des bouquets de fleurs multicolores, des offrandes et de petits messages de compassion, se remplissait peu à peu. "Je suis venue parce que je suis de Saint-Jacques et parce que certains de mes proches sont morts dans l'accident, et que je connais leurs familles", confiait Mari Carmen Figueroa, une femme d'une soixantaine d'années en pantalon et veste noirs. "Familles qui avez perdu vos êtres chers, depuis le premier moment nous vous avons gardées dans notre cœur, comme l'ont fait tant de personnes qui, au-delà de nos frontières, m'ont demandé de vous transmettre leurs condoléances", a dit l'archevêque de Saint-Jacques, Julian Barrio, dans son homélie.