Comment réveiller un aiguilleur du ciel ?

  • A
  • A
Comment réveiller un aiguilleur du ciel ?
Les aiguilleurs du ciel américains devront respecter de nouvelles règles en terme d'organisation du travail.@ REUTERS
Partagez sur :

L’aviation américaine a pris des mesures de prévention pour éviter aux aiguilleurs de s’endormir.

Vigilance absolue. La devise pourrait désormais être applicable à la sphère des aiguilleurs du ciel, aux Etats-Unis. Afin d’éviter qu’ils ne s’endorment durant leur service de nuit, comme cela s’est produit six fois rien que la semaine dernière, l’Aviation civile américaine (FAA) a édicté dimanche de nouvelles règles.

Des concessions en termes d’horaires…

Ces nouvelles mesures entreront en application dès la fin de la semaine. Les 15.000 aiguilleurs du ciel américains disposeront d’une heure de repos supplémentaire entre la fin de leur vacation et leur prise de service du lendemain. Neuf heures minimum devront séparer deux vacations.

Pour contrecarrer toute entorse à ces règles, il sera interdit aux contrôleurs aériens de procéder à des échanges de vacations si la modification du tableau de service ne leur permet pas de bénéficier des neuf heures consécutives de repos.

Par ailleurs, les responsables des services d’aiguillage seront davantage sollicités. Les managers seront ainsi tenus d'effectuer davantage de vacations aux premières heures de la journée ou tard dans la soirée et la nuit.

L'Aviation civile américaine a en outre indiqué qu'elle allait affecter un second contrôleur aérien aux vacations de nuit dans une vingtaine d'aéroports où il n'y en avait jusqu'à présent qu'un seul et où plusieurs se sont endormis. Dans les principaux, dont New York, Chicago et Los Angeles, les contrôleurs ne travaillent jamais seuls.

… mais une "tolérance zéro"

En parallèle de ces assouplissements, le secrétaire américain aux Transports, le républicain Ray LaHood, a promis d’entamer une politique de "tolérance zéro pour les contrôleurs s’endormant au travail". "La sécurité (du transport aérien) est la priorité numéro un", a-t-il martelé, à l’adresse de la profession.

La sévérité de Ray LaHood fait écho à une polémique née la semaine dernière. Le 23 mars, un contrôleur qui travaillait seul à l'aéroport national Reagan de Washington s'était endormi alors que deux avions de ligne étaient en vol dans sa zone de couverture.

Le reportage de la chaîne GrabNetworks :

L'affaire avait tourné au scandale, provoquant la démission du coordinateur au jour le jour des opérations de contrôle aérien de la FAA.