La chemise d'un astrophysicien a (presque) éclipsé Philae

  • A
  • A
La chemise d'un astrophysicien a (presque) éclipsé Philae
Partagez sur :

Une comète, une chemise, des larmes et le maire de Londres. Le "Chemisegate" en serait presque venu à faire oublier l’exploit de Philae. 

Ca n’est qu’une chemise - certes un modèle unique. Quand il s’est habillé le matin du 12 novembre, l’astrophysicien Matt Taylor ne se doutait probablement pas que son mauvais goût vestimentaire l’entraînerait dans une controverse mondiale. Alors que Philae rebondissait et posait deux de ses trois pattes sur la comète Tchouri, des caméras immortalisaient la réaction et l’excitation des scientifiques de l’Agence spatiale européenne. Parmi eux, ce scientifique britannique et sa chemise, dont les motifs douteux ont rapidement éclipsé l'exploit du petit robot.

Le "Shirtgate". Ce que retiennent de nombreuses internautes, ce n’est pas l’aboutissement de son travail. "Une petite chemise pour un homme, une remarque sexiste géante pour l’humanité #shirtgate", a notamment tweeté une professeur de l’université de Denver, aux Etats-Unis en voyant les femmes dénudées aux poses lascives sur le vêtement du scientifique. Le "Shirtgate" (Chemisegate, en français) commence.

Les internautes s’invectivent. Matt Taylor est traité de sexiste, insulté parfois. Le débat s’écarte du sujet initial, jusqu’à interroger la place des scientifiques femmes dans ce milieu majoritairement masculin, note le New York Times. Sur les réseaux sociaux, l’Agence spatiale européenne est prise à partie.

Pour désamorcer la bombe, Matt Taylor s’excuse publiquement, trois jours après le début de la campagne contre lui. "Concernant la chemise que j’ai portée cette semaine … c’était une grosse erreur. Je suis vraiment désolé", a-t-il déclaré en pleurs.

Matt Taylor ou Kim Kardashian ? L’histoire ne s’est pas arrêtée aux excuses publiques de l’astrophysicien. La chemise de Matt Taylor déclenche un nouvel épisode de la guerre habituelle entre internautes et féministes sur le web – comme cela fut le cas auparavant avec le "Gamersgate". Les messages pour défendre le scientifique fleurissent, dépassant parfois les limites de la rationalité. "Chères féministes, cet homme peut porter ce qu’il veut. Il a fait atterrir un robot sur une comète. Tout ce que vous avez fait, c’est naître avec un vagin", lance violemment un internaute. Un autre estime que l’on ferait mieux d’attaquer Kim Kardashian, qui participe selon eux à l’idée de la femme-objet.

Web-shirt

Le maire de Londres, Staline et Kim Il-Sung. Cette controverse a pris une telle ampleur que le maire haut en couleur de Londres en est venu à réagir dans une tribune au Daily Telegraph. Boris Johnson compare carrément les détracteurs de la chemise à Staline, Kim Il-Sung, le dictateur nord-coréen, et "une bande d’islamistes fous". Le maire de la capitale britannique, d’où est originaire Matt Taylor, déplore que l’astrophysicien ait  été "bombardé sur internet par un nuage de haine, orchestré par des lobbies et des médias politiquement corrects". Le désinvolte Boris Johnson tire cependant une leçon de ce brouhaha : "Ce que vous portez en public compte. Peu importe qui vous êtes. Peu importe ce que vous avez accompli."