Colonies : Israël pourrait annoncer de nouvelles constructions

  • A
  • A
Colonies : Israël pourrait annoncer de nouvelles constructions
Pour le maire adjoint de Jérusalem, la résolution de l'Onu n'est pas une raison pour annuler la réunion de travail prévu mercredi sur les colonies. Image d'illustration. @ AHMAD GHARABLI / AFP
Partagez sur :

Mercredi, les autorités israéliennes doivent se prononcer sur la construction de 618 logements dans la partie palestinienne de Jérusalem. 

Un comité de planification israélien doit discuter mercredi de la délivrance d'un permis de construire pour 618 logements à Jérusalem-Est, malgré la récente résolution de l'ONU lui demandant de cesser la colonisation dans les Territoires palestiniens occupés, selon une ONG anticolonisation.

Dans la partie palestinienne de Jérusalem. Les discussions porteront sur la délivrance d'un permis pour la construction de logements dans les quartiers de Pisgat Zeev (140), Ramat Shlomo (262) et Ramot (216), à Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville sainte occupée et annexée par Israël, a précisé l'ONG israélienne Ir Amim.

Pas d'effet de la résolution. Le maire adjoint de Jérusalem, Meïr Turgeman, qui préside ce comité, a indiqué que le vote vendredi à l'ONU d'une résolution exhortant Israël à "cesser immédiatement et complètement toute activité de colonisation en territoire palestinien occupé, dont Jérusalem-Est" ne remettait nullement en question cette réunion, prévue de longue date.

Le plan des États-Unis. La résolution de l'ONU, la première à condamner la colonisation israélienne depuis 1979 mais sans prévoir de sanctions a été approuvée vendredi par 14 pays des 15 membres du Conseil de sécurité. Les États-Unis se sont abstenus, permettant l'adoption du texte qui a provoqué la colère de l'État hébreu. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a vivement critiqué le président américain Barack Obama, accusé d'avoir fait un "coup anti-israélien honteux" aux Nations unies. Washington a de son côté annoncé que le secrétaire d'État John Kerry présenterait mercredi la vision qu'avait l'administration américaine sortante du processus de paix israélo-palestinien.