Colombie : les Farc annoncent un cessez-le-feu illimité

  • A
  • A
Colombie : les Farc annoncent un cessez-le-feu illimité
@ REUTERS
Partagez sur :

PAIX EN VUE - La guérilla a annoncé mercredi qu'elle cessera les hostilités à partir de samedi et pour une durée indéterminée. Un geste sans précédent en Colombie.

La guérilla des Farc a annoncé mercredi l'instauration d'un cessez-le-feu unilatéral en Colombie pour une "durée indéterminée", dans le cadre du processus de paix en cours avec le gouvernement. "Nous avons décidé de déclarer un cessez-le-feu unilatéral et de cesser les hostilités pour une durée indéterminée, ce qui devrait se transformer en armistice", déclarent les Farc dans un communiqué. Ce cessez-le-feu entrera en vigueur samedi mais sera annulé à la moindre attaque de la police ou de l'armée, précisent les rebelles marxistes dans ce communiqué diffusé sur leur site internet.

>> LIRE AUSSI - Colombie : à quoi jouent donc les FARC ?

Des trêves provisoires déjà annoncées. Depuis le début des négociations de paix à Cuba, le gouvernement colombien a constamment rejeté la proposition des Farc d'une trêve bilatérale, estimant qu'une trêve permettrait à la guérilla de se renforcer et éloignerait la perspective d'une paix, après un conflit qui a fait quelque 220.000 morts et 5,3 millions de déplacés. Les rebelles avaient déjà décrété des trêves provisoires pour la période de Noël ces deux dernières années. Ils avaient aussi cessé les opérations de combat pour l'élection présidentielle organisée cette année en Colombie. Ce scrutin a abouti à la réélection de Juan Manuel Santos, qui s'est engagé à mener à bien le processus de paix.

>> LIRE AUSSI - Les FARC sollicitent Maradona pour un match

Une annonce surprise. Cette annonce surprise des Farc survient après la grave crise traversée le mois dernier par le processus de paix, après la capture par les rebelles d'un général de l'armée, finalement relâché le 30 novembre dernier, afin de permettre la reprise des négociations. Initiative inhabituelle de leur part, les rebelles demandent que leur cessez-le-feu soit supervisé au choix par les Nations unies, la Croix-Rouge, les organisations intergouvernementales régionales ou l'Eglise catholique. Issue d'une insurrection paysanne en 1964, la rébellion marxiste des Farc compte encore près de 8.000 combattants.