Colombie : évasion d'un otage russo-arménien retenu par l'ELN

  • A
  • A
Colombie : évasion d'un otage russo-arménien retenu par l'ELN
L'ELN retenait l'otage depuis cinq mois (illustration).@ LUIS ROBAYO / AFP
Partagez sur :

Un otage russo-arménien, retenu par l'ELN en Colombie depuis cinq mois, a réussi à s'évader en blessant des guérilleros lors de son transfert mercredi.

La guérilla colombienne de l'ELN a annoncé dimanche qu'un Russo-Arménien qu'elle retenait en otage depuis cinq mois et demi était parvenu à s'évader. "Monsieur Voskanya Arcen Levoni a désarmé un camarade, attaqué l'unité qui le transférait, blessant grièvement cinq camarades de l'ELN, et (...) s'enfuit, tout en étant lui-même blessé", a indiqué dans un communiqué l'ELN, dernière guérilla active du pays et actuellement en négociations de paix avec Bogotá.

Capturé en novembre dernier. L'ELN a précisé que l'évasion avait eu lieu mercredi dans le département du Choco, à l'ouest de la Colombie, et dit ignorer où son ex-otage se trouvait à l'heure actuelle. La guérilla a également affirmé qu'au moment de son évasion elle avait déjà commencé à lancer "les préparatifs en vue du processus de libération" de Voskanya Arcen Levoni, après que l'ambassade de Russie à Bogotá l'y avait exhorté. Selon l'ELN, il avait été capturé le 5 novembre 2016 "alors qu'il attrapait des grenouilles venimeuses pour les revendre illégalement sur le marché international".

Le conflit armé colombien
Le gouvernement colombien a entamé en février des négociations avec l'ELN, composée de quelque 1.500 hommes selon les décomptes officiels, quelques mois après un accord de paix avec la guérilla marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), la plus importante du pays. Le conflit armé colombien a, au fil des décennies, impliqué une trentaine de guérillas, des paramilitaires d'extrême droite et les forces de l'ordre, faisant au moins 260.000 morts, plus de 60.000 disparus et quelque 6,9 millions de déplacés.