Colombie : 1.500 personnes déplacées à la suite d'affrontements

  • A
  • A
Colombie : 1.500 personnes déplacées à la suite d'affrontements
@ DANIELA QUINTERO / AFP
Partagez sur :

Des affrontements entre groupes armés liés au trafic de cocaïne ont eu lieu à Tumaco.

Environ 1.500 personnes ont été déplacées en Colombie à la suite d'affrontements armés qui ont éclaté à l'issue d'une manifestation de cultivateurs de coca, base de la cocaïne, qui avait fait six morts dans une région frontalière de l'Equateur, a indiqué samedi l'ONU.

Affrontements entre groupes armés. "Depuis le 6 octobre, il y a des affrontements entre des groupes armés non identifiés près de la municipalité de Tumaco (...) qui se disputent le contrôle du territoire", selon un communiqué du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha). Ces affrontements armés "ont entraîné le déplacement d'au moins 1.500 personnes (258 familles) afro-colombiennes", a précisé la même source.

Les plantations de coca en jeu. Selon Ocha et des sources gouvernementales, ces affrontements ont eu lieu au lendemain d'événements survenus le 5 octobre dans la région rurale de Tumaco, dans le département de Nariño. Six paysans, dont deux indigènes, étaient morts et 20 autres blessés lors de manifestations contre l'éradication de plantations de coca.

Un point de sortie important de la cocaïne. Tumaco compte la plus grande superficie de plantations de coca de tout le pays. Y opèrent des gangs de narco-trafiquants, ainsi que des dissidents de l'ex-guérilla des Farc et de l'Armée de libération nationale (ELN), dernière guérilla de Colombie, avec laquelle le gouvernement a entamé des pourparlers de paix en février. Cette municipalité d'environ 203.000 habitants est l'un des principaux points de sortie de la cocaïne par la côte Pacifique de Colombie, premier producteur mondial de cette drogue, selon l'ONU.