Clinton "certaine" que les nouveaux emails ne changeront pas les conclusions de l'enquête du FBI

  • A
  • A
Clinton "certaine" que les nouveaux emails ne changeront pas les conclusions de l'enquête du FBI
@ Robyn BECK / AFP
Partagez sur :

Des milliers de messages ont été découverts, selon la chaîne NBC, sur un ordinateur portable ayant appartenu à Huma Abedin, proche d'Hillary Clinton et membre de son cabinet au département d'Etat

Hillary Clinton s'est dite sûre vendredi que les nouveaux messages découverts par le FBI ne changeraient pas les conclusions de l'enquête de la police fédérale, qui avait demandé en juillet le classement de l'affaire. "Le directeur lui-même a dit qu'il ne savait pas si les messages évoqués dans la lettre étaient significatifs ou non", a déclaré la candidate démocrate à la Maison-Blanche lors d'un court point presse à Des Moines, dans l'Iowa.

"Nous demandons au FBI de publier toutes les informations en sa possession". "Je suis certaine, quels qu'ils soient, qu'ils ne changeront pas la conclusion de juillet", a-t-elle ajouté, appelant le directeur du FBI James Comey à publier plus d'informations que la courte lettre qu'il a envoyée quelques heures plus tôt à des élus du Congrès. "Nous ne connaissons pas les faits, c'est pourquoi nous demandons au FBI de publier toutes les informations en sa possession", a lancé la candidate démocrate, qui a commencé par s'étonner d'une telle annonce à seulement onze jours de l'élection présidentielle. "Nous sommes à 11 jours de ce qui est peut-être l'élection nationale la plus importante de notre vie. Le vote a déjà commencé dans le pays. Les Américains méritent donc d'obtenir tous les faits immédiatement", a-t-elle poursuivi.

"Nous avons entendu ces rumeurs". Des milliers de messages ont été découverts, selon la chaîne NBC, sur un ordinateur portable ayant appartenu à Huma Abedin, proche d'Hillary Clinton et membre de son cabinet au département d'Etat, et à son mari Anthony Weiner, dont elle est séparée depuis août et qui fait l'objet d'une enquête distincte des autorités pour l'envoi de messages à caractère sexuel avec une mineure. "Nous avons entendu ces rumeurs", a encore dit Hillary Clinton. "Nous ne savons que croire (...) C'est pourquoi le FBI a la responsabilité de nous dire ce dont il parle", a insisté la candidate, avant de tancer James Comey pour avoir envoyé cette lettre seulement à des présidents de commissions parlementaires, tous républicains, et de tourner les talons.