Chute du mur de Berlin : les archives reconstituées de la Stasi

  • A
  • A
Chute du mur de Berlin : les archives reconstituées de la Stasi
@ Reuters
Partagez sur :

Un travail colossal reste à faire pour faire éclater la vérité sur les services secrets est-allemands. Un logiciel surpuissant a été créé spécialement pour cela.

450 millions de petits morceaux de papier déchirés ou partiellement brûlés sont dans les mains des archives de la Stasi, en Allemagne. Leur travail est colossal et continue encore, 25 ans après la chute du mur de Berlin. Jusqu’à il y a peu, les employés des archives devaient reconstituer à la main chaque feuille que les services secrets est-allemands avaient tenté de détruire dans la précipitation. Un immense puzzle, aux allures de tonneau des Danaïdes.

Depuis six mois, la "Stasi-Schnipselmaschine" (littéralement la machine à petits morceaux de la Stasi, en allemand) tourne sans relâche pour les aider dans ce long travail de reconstitution. Sous ce doux sobriquet se cache un logiciel unique au monde que les archives ont mis cinq ans à développer en partenariat avec l’IPK, un institut technique de Berlin. Un scanner ultra-développé, qui a coûté 8 millions d’euros, analyse les déchirures, la couleur de l’encre mais aussi la typographie de chaque morceau de papier : "Chaque petit bout est scanné au millimètre près puis la machine fait un travail de combinaison et reconstruit les pages comme un puzzle", explique une employée des archives, pendant qu’elle met la main dans un des 16.000 sacs de toile desquels dépassent des lambeaux.

Stasi archives 1280

© Reuters

Pourtant, le travail n’est pas fini : "Le programme tourne depuis six mois et nous avons reconstitué seulement quelques sacs." Il faut poser chaque petit morceau sur le scanner. Depuis sa création en 1990, cette administration avait recomposé à la main près de 400 sacs et 900.000 feuilles. Sans ce nouveau logiciel, il aurait fallu huit siècles pour traiter tous les dossiers, dont on imagine qu’ils sont les plus sensibles de la Stasi, car ce sont ceux qu’elle a cherchés à détruire en premier.

Chaque année, 100.000 Allemands viennent aux archives pour consulter un dossier pour comprendre et se réconcilier.

>> LIRE AUSSI - Merkel avait été approchée par la Stasi

>> Un reportage de la Deutsche Welle (en allemand) sur le travail des employés des archives de la Stasi