Chine : peine de mort pour les deux meurtriers d'un moine tibétain

  • A
  • A
Chine : peine de mort pour les deux meurtriers d'un moine tibétain
Un tribunal @ AFP
Partagez sur :

CONDAMNATION - Un tribunal chinois a condamné deux hommes à la peine de mort pour le meurtre d'un moine tibétain. 

Un tribunal chinois a condamné deux hommes à la peine de mort pour le meurtre du moine qui avait fondé le premier monastère tibétain d'Occident.

Plusieurs coups de couteau. Akong Tulku Rinpoche, le cofondateur du monastère Samye Ling, situé en Ecosse, avait été retrouvé mort à son domicile de Chengdu (sud-ouest de la Chine) en 2013, après avoir reçu plusieurs coups de couteau. La Cour populaire intermédiaire de la ville a condamné deux hommes, présentés en chinois comme Tudeng Gusang et Tsering Banjue, pour les meurtres d'Akong et de deux autres hommes, un complice se voyant infliger une peine de trois ans de prison, selon l'agence semi-officielle China News Service.

Akong naturalisé en 1959. Gusang et Banjue ont poignardé à mort Akong, son neveu et un chauffeur en raison d'un différend financier portant sur 2,7 millions de yuans (380.000 euros), a déclaré l'agence. Le verdict, posté par le tribunal sur les réseaux sociaux, a souligné que les meurtriers étaient "brutaux" et seront "traités sévèrement en conformité avec la loi". Akong, un septuagénaire, avait été naturalisé britannique après avoir fui le Tibet en 1959, puis avait fondé l'établissement religieux dans une vallée écossaise en 1967. Il portait le titre honorifique de "Rinpoche", accordé aux enseignants du bouddhisme tibétain les plus respectés. Son monastère en Ecosse avait déclaré lors de sa mort qu'il avait été "assassiné".