Chine : explosion dans un entrepôt de produits chimiques, pas de victimes

  • A
  • A
Chine : explosion dans un entrepôt de produits chimiques, pas de victimes
L'explosion de Jingjiang s'est produite sept mois après celle qui a frappé la ville de Tianjin, en août@ AFP/GREG BAKER
Partagez sur :

Une explosion s'est produite vendredi matin dans un entrepôt de produits chimiques de la province du Jiangsu, à l'est de la Chine, provoquant un incendie. Aucune victime n'est à déplorer, selon les autorités. 

Une explosion s'est produite vendredi matin dans un entrepôt de produits chimiques de la province du Jiangsu, à l'est de la Chine,  y provoquant un incendie, a annoncé un média officiel. Mais le feu est désormais maîtrisé et aucune victime n'est à déplorer, selon les autorités. 



Un feu intense. Une épaisse fumée noire s'échappait du site industriel situé dans la ville de Jingjiang, à environ 150 km de Shanghai, où un feu intense faisait rage, selon l'agence Chine nouvelle, qui précise que plusieurs camions de pompiers ont été dépêchés sur place. L'explosion a eu lieu au sein des locaux de l'entreprise Jiangsu Deqiao Storage, qui a l'autorisation de stocker des produits chimiques dangereux, selon la presse chinoise. 



Le gouvernement municipal a annoncé que le feu était désormais maîtrisé et qu'aucun mort ou blessé n'était à déplorer, selon un communiqué. Dans leur communiqué, les autorités de Jingjiang assurent que l'activité autour du site est revenue "à la normale".

Le souvenir de Tianjin. L'incident rappelle la terrible explosion ayant frappé en août dernier la ville de Tianjin (nord), et qui avait tué au moins 165 personnes. Le 12 août, deux énormes explosions s'étaient produites dans ce port chinois. Les déflagrations avaient eu lieu dans un entrepôt où étaient entreposés 700 tonnes de cyanure de sodium. Des prélèvements effectués dans l'eau quelques jours après avaient révélé un taux de cyanure 365 fois supérieur à la normale, provoquant l'inquiétude de la population.  Les médias chinois avaient montré du doigt les cadres de Ruihai, l'entreprise à laquelle appartenaient les entrepôts, parmi lesquels figurait le fils d'un ex-chef de la police locale. Ils auraient profité de certaines relations pour obtenir plus facilement des autorisations dans les domaines du respect de l'environnement et des normes anti-incendie. 

Ces accidents, fréquents en Chine, soulignent le piètre bilan du pays en termes de sécurité industrielle, les réglementations y étant régulièrement ignorées et contrôlées de façon très laxiste.