Chili : les mineurs parlent à leurs proches

  • A
  • A
Chili : les mineurs parlent à leurs proches
@ REUTERS
Partagez sur :

L’un des 33 mineurs ensevelis depuis 24 jours a demandé dimanche sa compagne en mariage.

Une minute. C’est le temps dont ont disposé dimanche les familles des 33 mineurs ensevelis à 700 mètres sous terre au Chili depuis 24 jours pour parler à leurs proches. Des conversations courtes, mais qui ont gonflé le moral de ces nouveaux héros de tout un pays, et de ceux qui attendent leur sortie avec impatience.

"C'était une conversation courte, belle, comme celle dont on avait besoin pour se tranquilliser", a raconté Jessica Cortez, évoquant ses "émotions mêlées" après avoir parlé à Victor Zamora, 33 ans. "Il était calme, serein. Il avait confiance: on va bientôt se retrouver". "Sa voix est la même. Il n'est pas bien, mais il ne va pas trop mal", a pour sa part lancé Alicia Campos, qui s'était promise de ne pas pleurer au téléphone en parlant à son fils Daniel Herrera. "Je ne me suis pas effondrée jusqu'à la fin, jusqu'au moment où je lui ai dit: Ciao, mon tout petit, à bientôt".

Un message du pape

Jessica Yanez avait de son côté le souci de vérifier que la demande en mariage religieux reçu quelques jours plus tôt par l’intermédiaire d’un mot de son compagnon Esteban Rojas, n’était pas une promesse en l’air. "Il m'a dit qu'à sa sortie, il aurait beaucoup de promesses à tenir, et qu'on organiserait le mariage. Je voulais qu'il m'en parle, j'avais peur qu'il ait déjà oublié", est-elle parvenue à plaisanter. "Et je l'ai fait rire, parce que quand ils m'ont pris le téléphone, je ne voulais pas le lâcher !".

Depuis qu’elles sont parvenues à établir le contact avec les 33 miraculés le 23 août, les autorités chiliennes ont comme priorité de maintenir leur moral au plus haut, alors qu’ont commencé lundi des travaux de sauvetage qui devraient durer entre trois et quatre mois. Laurence Golborne, ministre des Mines, est en première ligne. Dimanche, elle a lu aux 33 mineurs un message adressé par le pape, dans le quel Benoît XVI les a assurés de sa "proximité spirituelle et de (ses) prières continuelles, pour qu'ils conservent la sérénité dans l'attente d'une heureuse conclusion des travaux entrepris pour leur sauvetage".