Chili : les mineurs de retour à San Jose

  • A
  • A
Chili : les mineurs de retour à San Jose
@ Reuters
Partagez sur :

Les mineurs chiliens secourus il y a un an exactement se sont réunis jeudi sur les lieux de leur calvaire.

Les mineurs du Chili secourus il y a un an exactement, après 69 jours sous terre, se sont réunis jeudi sur les lieux de leur calvaire, pour une messe anniversaire et remercier, à nouveau, de "toutes les prières à travers le monde" pour qu'ils soient sauvés. "Je veux rendre grâce à Dieu pour nous avoir protégés et nous avoir permis de sortir tous sains et saufs", a déclaré l'un des mineurs, Omar Reygadas, dans une brève allocution aux abords de la mine San Jose, dans le désert d'Atacama, dans le nord du Chili.

"Nous n'aurons jamais le temps de remercier tout le monde pour ces prières, ces larmes versées pour nous à travers le monde", a ajouté le mineur au nom de ses compagnons, dont 17 seulement (sur 33) assistaient à la messe en plein air sur le site de la mine, aujourd'hui fermée et déserte. La première pierre d'un monument, baptisé "Espoir" et dédié à leur sauvetage, a été posée. Etaient également présents des ingénieurs, des sauveteurs, un ministre, qui ont participé à la gigantesque opération de sauvetage il y a un an, suivies en direct par des centaines de millions de téléspectateurs dans le monde entier. Un à un, les 33 mineurs avaient été remontés d'une profondeur de 622 mètres, où ils étaient restés prisonniers pendant 69 jours après un éboulement.

Un an après, les mineurs se sont plus ou moins bien réadaptés. Sept d'entre demeurent en arrêt maladie, la majorité reste sans emploi stable, même si certains ont bien réussi leur reconversion, en donnant par exemple des conférences-causeries. Une poignée retravaillent dans une mine."Les premiers mois ont été difficiles, mais nous sommes en train de retrouver le rythme de vie que nous avions autrefois. La mine aujourd'hui est déserte, et cela rend nostalgique, et nous ne sommes pas tous ici, cela fait de la peine", a déclaré Dario Segovia, qui vend aujourd'hui des fruits sur les marchés.